Père Ibrahim Shomali: "Jérusalem est une mère pour tous"

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

mercredi 16 mai à 6h41

Durée émission : 4 min

Père Ibrahim Shomali: "Jérusalem est une mère pour tous"

© JOHN MACDOUGALL

Lundi 14 mai, l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem a provoqué une vague de morts sans précédent depuis 2014, dans les rangs palestiniens.

Le jour n’avait pas été choisi par hasard. C’est lundi 14 mai dernier, jour des 70 ans de la création de l’Etat d’Israël, la veille de l’anniversaire de la "Nakba", "la journée terrible" pour les Palestiniens expulsés en 1948, que l’ambassade des Etats-Unis a été transférée de Tel Aviv à Jérusalem.

Un jour de conquête symbolique pour les Israéliens qui célèbrent leur nouvelle capitale, jour de tristesse pour les Palestiniens qui se sentent dépossédés encore un peu plus de leur pays. Inévitablement, des affrontements ont éclaté entre manifestants palestiniens et soldats israéliens, faisant plus de 50 morts et des milliers de blessés.

Face à cette vague de violence sans précédent depuis 2014, l’Eglise catholique en Terre Sainte appelle à une journée de jeûne et de prière pour la paix à Jérusalem samedi 19 mai prochain, veille de la Pentecôte, comme l'explique le père Ibrahim Shomali, chancelier du patriarcat latin de Jérusalem.
 

Quel est l’état d’esprit des chrétiens de Terre Sainte ?

"Nous sommes très tristes. Nous avons assisté à l’explosion de haine et de violence. C’est vraiment très triste. Nous sommes tous invités à la paix et à l’amour, à vivre ensemble en paix. Nous avons demandé un jour de jeûne et de prière pour tous les chrétiens de la Terre Sainte. Beaucoup de gens sont morts. Les familles pleurent leurs enfants. Elles sont désespérées" explique le père Shomali.
 

L’installation de l’ambassade américaine à Jérusalem est-elle la provocation de trop ?

"Les Palestiniens vivent une colère très forte. C’est difficile à soigner. C’est difficile à coinvaincre que le monde est avec nous. Ils ne voient que la mort de leurs peuple" ajoute le prêtre.
 

Que représente Jérusalem pour les trois religions ?

"Chacune des trois religions essaye de prendre Jérusalem comme une femme. Mais Jérusalem n’est pas la femme, elle est la mère. Elle est la mère de tous ces enfants, chrétiens, juifs et musulmans. On doit regarder Jérusalem comme une mère qui unit. Elle doit être ouverte pour tout le monde" précise le père Shomali.
 

Croyez-vous que la paix soit possible en Terre Sainte ?

"Elle est possible car le Seigneur est bon et que la paix est son terrain. C’est pour cela que la paix est possible. Il peut changer la mentalité de nos chefs politiques pour qu’ils prennent une décision courageuse, construire la paix, voir l’autre comme un partenaire et non pas comme un ennemi" conclut-il.

 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 07h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Etienne Pépin

Etienne Pépin est journaliste et directeur de RCF Rennes.