Petit éloge de l’unité (entre catholiques)

Présentée par PR-21247

L'édito de François Huguenin

mercredi 27 mai à 7h55

Durée émission : 3 min

Petit éloge de l’unité (entre catholiques)

Pendant le confinement, les divisions au sein de l'Église catholique de France ont été mises en lumière, comment ne pas faire dans son coin son christianisme personnel?

Les catholiques ont donc pu retrouver le chemin des églises pour célébrer ensemble l’eucharistie, pour beaucoup dès dimanche, pour certains cette semaine, et pourront fêter la Pentecôte masqués et hydroalcoolisés, mais dans la joie d’être ensemble. Du coup, les polémiques qui ont agité le Landernau les jours précédents paraissent bien vaines. Après la demande du Conseil d’État au gouvernement de restaurer une pleine liberté de culte, il y eut ceux qui fustigeaient l’inaction et la trahison des évêques et ceux pour qui le fait que cette action judiciaire ait été initiée par des mouvements de sensibilité traditionaliste ou identitaire était un scandale ! Tout cela me semble avoir été monté en épingle pour pas grand-chose. Car au final, c’est l’état de droit qui a gagné et la stratégie des évêques de discuter avec le gouvernement n’a pas été incompatible avec un recours à la voie judiciaire.

Les querelles internes d’un "Catholand" de plus en plus hystérisé par les réseaux sociaux ne sont certes pas l’apanage des catholiques. Il suffit de voir comment les Français sont capables d’avoir un avis autorisé d’épidémiologiste sur la chloroquine, pour comprendre que les catholiques ne sont ni plus ni moins qu’au diapason de la société dans laquelle ils vivent.

C’est à la fois rassurant et décevant. Rassurant parce qu’ils ne sont pas des zombies vivants à part et venus d’une autre planète. Décevant car, s’ils doivent être le "sel de la terre" et "dans le monde mais pas du monde", on pourrait exiger d’eux qu’ils cèdent moins que les autres aux querelles qui divisent. 

Au milieu du IIIe siècle, Cyprien de Carthage dans un des plus beaux textes patristiques, "De l'unité de l’Église", pointait déjà le scandale de ces "volontés en conflit" qui étaient tentées de faire leur petite église parallèle. Cela reste une tentation que l’individualisme moderne a même renforcée : se faire dans son coin son petit christianisme personnel.

Alors, sachant que nous n’avons pas les mêmes sensibilités ecclésiales, comment se retrouver dans l’unité ? Il me semble qu’en ces temps de pandémie, la figure du pape François qui prône inlassablement la sauvegarde de la planète et le refus de l’exploitation humaine par des intérêts financiers de plus en plus avides, peut être plus que jamais un ferment d’unité. Entre catholiques certes, et au-delà, en dépit de nos légitimes diversités, entre tous les hommes de bonne volonté.

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 7h55

Chaque mercredi, dans La Matinale RCF, retrouvez l'édito de François Huguenin.

Le présentateur

François Huguenin

Historien et essayiste (dernier ouvrage Le Pari chrétien chez Tallandier), François Huguenin est aussi éditeur et collabore aux magazines La Vie, Prier, Le Figaro Magazine, Magnificat et Aleteia.