Pierre Birnbaum: "je suis un produit de Vichy"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

vendredi 20 septembre à 8h10

Durée émission : 15 min

Pierre Birnbaum: "je suis un produit de Vichy"

© RCF

Avec une grande pudeur, l'historien Pierre Birnbaum revient sur Vichy et sur son histoire personnelle.

"Ce qui relève de l'intime ne se dit pas"

Vichy. Une partie de notre histoire. Mais un passé qui ne passe pas. Pierre Birnbaum est historien, sociologue, professeur émérite à la Sorbonne. Il est spécialiste de la question des juifs en France. Il publie dernièrement "La leçon de Vichy, une histoire personnelle" (éd. du Seuil). Un retour sur "les années les plus sombres de notre histoire", mais sous une forme plus intime, puisque Pierre Birnbaum revient sur sa propre histoire familiale.

Ecrire ce livre a été un "cauchemar" concède-t-il. D’ordinaire, ce sont des choses qu’il faut taire, explique Pierre Birnbaum. "Tout ce qui relève de l’intime, de l’histoire personnelle, ne se dit pas. Entre collègues, ce sont des choses qui ne se font pas" précise le professeur émérite à la Sorbonne, plus habitué à la prise de distance qu’au déballage personnel.
 

"Je suis le produit de Vichy"

"Ceci dit, pour moi, il fallait que j’affronte une absence. Ce qui est un peu étrange dans mon parcours, c’est d’être le produit de Vichy. Tout au long de ma carrière, je n’ai jamais parlé de Vichy. C’est à la fois un retour sur le destin juif, sur le rôle de l’Etat, et puis sur une sorte d’amnésie dans mon propre travail" lance-t-il, précisant que ce livre reste un livre d’histoire, écrit par un historien.

"Mon père est né à Varsovie, ma mère à Dresde. Ils ont suivi le parcours des juifs qui quittent l’Allemagne face à la montée d’Hitler. Ils partent tout de suite. Ils s’installent en France dans des conditions difficiles. Ils sont rattrapés très vite par l’histoire puisque Monsieur Hitler débarque quelques années plus tard, et ils s’en vont comme beaucoup, jusqu’à Lourdes" précise-t-il. Où Pierre Birnbaum est né.
 

Quand l'Etat abandonne les juifs

Le petit Pierre Birnbaum est très rapidement séparé de ses parents qui tentent de le cacher dans des orphelinats, dans des hospices. Cela se passe très mal et finalement ils trouvent un couple de paysans, dont le mari est communiste et la femme est catholique, avec qui j’ai vécu deux ans. "On a là la vraie dimension de la société française avec l’accueil des autres, malgré des idéologies contraires qui se retrouvent sur l’accueil de l’autre" explique l’historien.

L’enjeu de ce livre, "c’est de montrer que l’Etat abandonne les juifs alors que les juifs ont longtemps été des serviteurs de l’Etat. Et c’est la société civile, et surtout les chrétiens, qui viennent prendre soin des juifs. Les sœurs, les frères, un très grand nombre abrite des juifs". Comme Pierre Birnbaum, enfant juif caché, mais qui l’a oublié. "C’est une sorte d’amnésie" conclut-il.

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.