Plan cathédrale: Chartres, principale bénéficiaire

Présentée par PR-26705

S'abonner à l'émission

L'actu chrétienne

lundi 18 janvier à 7h24

Durée émission : 3 min

L'actu chrétienne

© Corinne SIMON/CIRIC

Roselyne Bachelot s’est rendue samedi dans la cathédrale de Chartres pour présenter son plan destiné à restaurer et sécuriser les cathédrales.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

80 millions d’euros viennent d’être débloqués pour restaurer et sécuriser les 87 cathédrales dont l’État est propriétaire. Cette enveloppe s’ajoute aux 40 millions d’euros octroyés chaque année pour l’entretien de ces édifices religieux. Si Roselyne Bachelot s’est rendue dans celle de Chartres ce week- end, c’est parce que cette emblématique cathédrale gothique est la principale bénéficiaire de ce plan, 6,8 millions d’euros. "Depuis 20 ans, la cathédrale de Chartres bénéficie d’environ 2 millions d’euros chaque année ce qui a permis la restauration de tous les vitraux, de nettoyer la cathédrale et de retrouver une cathédrale lumineuse", explique le père Emmanuel Blondeau, recteur de la cathédrale de Chartres. 

Le défi de la sécurité

Autre défi : la sécurité des cathédrales. L’incendie de Notre-Dame de Paris le 15 avril 2019 et plus récemment celui de celle de Nantes en juillet 2020 ont rappelé la vulnérabilité des ces édifices de pierre. 10 millions d'euros alloués sur le budget du ministère de la culture ont donc vocation à accélérer la mise en sécurité de ces monuments. Installation de système de sécurité incendie, mise aux normes des installations électriques mais aussi surveillance humaine, l’enjeu est de taille. "Ce sont des grands navires, avec des kilomètres de cable électrique et donc un grand travail de sécurité", explique le père Emmanuel Blondeau.

Une restauration dans la dynamique d'une belle liturgie 

Et si le recteur de la cathédrale de Chartres voit d’un bon œil la réalisation de ces nouveaux chantiers, il rappelle toutefois la vocation d’une cathédrale qu’il ne faudrait pas confondre avec un musée. "La cathédrale n’est ni un musée ni un centre de profit. Tout le travail de restauration de la cathédrale doit être fait dans la dynamique d’une belle liturgie", affirme-t-il. 

Au total 47 cathédrales vont pouvoir entamer des travaux de restauration. Ce sera le cas de celle de Clermont Ferrand Nevers ou Soissons. Ces dossiers, choisis avec les directions régionales des affaires culturelles (Drac), concernent des travaux dont les études et les diagnostics sont déjà réalisés et qui n’attendaient plus que des financements pour être enclenchés Les sommes allouées doivent être engagées dans les deux ans.

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 7h24

Toute l'année, la rédaction nationale de RCF vous tient informés de l'actualité de l'Église et des mouvements chrétiens.

Le présentateur

Pauline de Torsiac