Pour le père André Cabes, "Lourdes est un concentré d'humanité"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

lundi 1 juillet à 8h10

Durée émission : 15 min

Pour le père André Cabes, "Lourdes est un concentré d'humanité"

© RCF Odile Riffaud

​Se tient ce soir à Lourdes la première d’une comédie musicale consacrée à Bernadette Soubirous. Partenaire de l’évènement, RCF donne la parole au recteur du sanctuaire marial.

Cela fera bientôt quatre ans que le père André Cabes est à la tête du plus grand lieu de pèlerinage de France. "Ce qui me remplit d’émotion, c’est de constater que chaque jour, elle est là. Et elle fait ce qu’elle a à faire. Elle permet, elle ouvre le chemin à Jésus, qui se trouve là comme sur les chemins de terre sainte, comme depuis le début, mais de manière un peu différente. Les premiers pèlerinages voyaient les malades crier sur le passage du Saint Sacrement. Nous voyons aujourd’hui encore des gens qui se relèvent, qui respirent mieux, qui prennent confiance en eux-mêmes parce qu’ils ont rencontré un regard qui les aime" explique-t-il.

Récemment, le pape François a nommé Mgr Antoine Herouard, évêque auxiliaire de Lille, comme délégué apostolique pour le sanctuaire de Lourdes. Certains y ont vu comme une forme de reprise en main du Vatican. Pour le père André Cabes, "cela témoigne d’abord d’un grand intérêt qui est accordé au sanctuaire de Lourdes. Tout ce qui se passe ici est répercuté comme une image de l’Eglise entière. Il y a vraiment un retentissement. C’est vrai que le sanctuaire a traversé ces dernières années une crise économique à cause du changement des pèlerins. Mgr Brouwet y a fait face courageusement, et a réussi à rétablir cet équilibre financier. Mais c’est vrai que vu de l’extérieur, ces soucis financiers pouvaient sembler prendre le pas sur l’accompagnement pastoral".
 

"Cela fait partie des miracles de Lourdes"

La comédie musicale qui se jouera pour la première fois à Lourdes, ce soir, a été créée par des artistes, dont tous ne sont pas croyants. "Cela fait partie des miracles de Lourdes. Nous n’avons pas cherché cela. Lourdes n’a pas cherché à ce que s’installe ici une œuvre pour accueillir d’anciens drogués, et qui fait merveille. Lourdes n’a pas cherché le pèlerinage Lourdes Cancer Espérance. Lourdes n’a pas cherché à ce que des artistes s’y intéressent, cela fait partie des miracles de la Vierge. Les producteurs ont témoigné depuis le début qu’ils ont été appelés ici. Et ils ont voulu transmettre ce qu’ils ont vécu" lance le père Cabes.

Pour ce dernier, la création artistique et la fête ont leur place à Lourdes. "Ici, c’est un concentré d’humanité. Nous avons ce qu’il y a de meilleur, et de pire. Tout est dans un tout petit espace, donc les choses prennent davantage de relief. C’est quelque chose qui ne fait pas partie des plans humains ou ecclésiaux, mais c’est donné. L’humanité doit apprendre à fonctionner avec ce qui est donné, depuis le péché originel. Nous devons apprendre à recevoir, accueillir et accompagner" estime le recteur de Lourdes.
 

"Ce n'est pas possible que les gens ne soient pas saisis"

Le père André Cabes a eu la certitude que les acteurs de cette comédie musicale étaient envoyés, et qu’ils étaient prêts à entrer dans quelque chose qui les dépasse. Il ne fallait pas inventer de message, de légende, mais donner rendez-vous au cœur, raconter une expérience vraie. "Ils ont accepté d’être aidés par des chapelains pour entrer dans le mystère de ce spectacle" précise-t-il.

Entre la comédie musicale et le récent documentaire sur la cité mariale, Lourdes fait l’objet d’une belle publicité actuellement. "Ce n’est pas possible que les gens ne soient pas saisis. C’est cela qu’on vit à Lourdes" conclut le père André Cabes.

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.