Pour une relance solidaire

Présentée par , PR-22934

S'abonner à l'émission

La chronique du Secours catholique - Caritas France

jeudi 10 septembre à 6h55

Durée émission : 3 min

Pour une relance solidaire

© DR

Selon la présidente du Secours Catholique le plan de relance du gouvernement oublie les plus précaires. Ils sont pourtant ceux qui sont le plus touchés par la crise que nous traversons.

Le gouvernement vient de présenter son plan de relance de l’économie : France Relance ! Et je ne vous cache pas que nous sommes déçus, nous les associations de solidarité. Nous attendions du gouvernement un geste fort car les pauvres sont ceux qui ont payés le plus lourd tribut à la crise. Le plan proposé n’a pas pris la mesure de l’ampleur de la crise que nous voyons, nous au Secours Catholique, avec des milliers de personnes qui vont basculer dans les minimas sociaux, s’ajoutant aux  9 millions de français déjà sous le seuil de pauvreté. Selon nos calculs, moins de 1% des 100 milliards débloqués sont dédiés au plus précaires. On est loin des mesures « extrêmement ambitieuses pour les Français », promises par le premier ministre !

Il y a eu de bonnes  mesures prises dans l’urgence au printemps concernant l’aide alimentaire et l’hébergement. Dans certains départements tout le monde a été mis à l’abri donc c’est possible . L’objectif « zéro SDF » est atteignable avec de la volonté et des moyens. Ce n’est pas prévu dans le Plan. De même la rénovation des logements qui sont des passoires énergétiques ne dispose pas des moyens suffisants pour atteindre l’obectif de 3 millions de logements en 6 ans . Ce serait pourtant excellent pour la planète, pour la création d’emploi locaux dans le bâtiment et pour les personnes modestes qui vivent dans des taudis. L’écologie, le social et l’économique sont totalement liés. N’oublions pas Laudato SI !  La doctrine de ce Plan est la relance par l’investissement et la création d’emplois et bien sûr c’est important . D’ailleurs les salariés ont été bien protégés pendant la crise, grâce à l’activité partielle, et tant mieux ! Mais que vont devenir tous ceux qui ont perdu leur CDD, leurs quelques heures au noir ou leur interim, ou les intermittents du spectacle, privés de spectacle ? Pour tous ceux-là , le travail restera un long moment inaccessible, le temps que l’économie redémarre si elle redémarre comme prévu.

Les 10% les plus pauvres, parmi les français ont déjà perdu du pouvoir d’achat depuis 3 ans ! On aurait pu imaginer un coup de pouce aux tout petits revenus ? C’est-à-dire une relance par la demande. Ce n’est pas le choix qui a été fait. Pourtant on sait que le RSA  n’est pas un revenu digne. La crise l’a largement montré. Augmenter les minima sociaux  permettrait aux gens de sortir la tête de l’eau et de se sentir protégé ;  de ne plus avoir peur du lendemain et de pouvoir se nourrir correctement. Permettre à nos concitoyens de vivre dignement quel que soit leur âge ou leur origine n’est pas une charge pour la société  mais un investissement d’avenir  …et une question d’humanité !

Les dernières émissions

L'émission

Le jeudi à 6h55

Chaque jeudi, écoutez l'édito de Véronique Fayet, la présidente du Secours Catholique - Caritas France, ou Vincent Destival, son délégué général.

Les présentateurs

Vincent Destival

Vincent Destival est le délégué général du Secours catholique - Caritas France.

Véronique Fayet

présidente du Secours-Catholique Caritas France. Elle est l'auteur de "Révolution Fraternelle, le cri des pauvres" aux éditions Indigènes https://www.secours-catholique.org/