Prière du matin - 5 mai 2021 à 05:45

Présentée par

S'abonner à l'émission

Prière du matin

mercredi 5 mai à 5h45

Durée émission : 5 min

Prière du matin -  5 mai 2021 à 05:45

© michal-bielejewski-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« Moi, je suis la vraie vigne,
et mon Père est le vigneron.
Tout sarment qui est en moi,
mais qui ne porte pas de fruit,
mon Père l’enlève ;
tout sarment qui porte du fruit,
il le purifie en le taillant,
pour qu’il en porte davantage.
Mais vous, déjà vous voici purifiés
grâce à la parole que je vous ai dite.
Demeurez en moi, comme moi en vous.
De même que le sarment
ne peut pas porter de fruit par lui-même
s’il ne demeure pas sur la vigne,
de même vous non plus,
si vous ne demeurez pas en moi.
Moi, je suis la vigne,
et vous, les sarments.
Celui qui demeure en moi
et en qui je demeure,
celui-là porte beaucoup de fruit,
car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.
Si quelqu’un ne demeure pas en moi,
il est, comme le sarment, jeté dehors,
et il se dessèche.
Les sarments secs, on les ramasse,
on les jette au feu, et ils brûlent.
Si vous demeurez en moi,
et que mes paroles demeurent en vous,
demandez tout ce que vous voulez,
et cela se réalisera pour vous.
Ce qui fait la gloire de mon Père,
c’est que vous portiez beaucoup de fruit
et que vous soyez pour moi des disciples. »
 
Source : AELF

Méditation Père Michel Quesnel

La même page d’évangile nous était proposée dimanche dernier. Elle est si dense que nous pouvons en tirer des fruits différents. Si le plant de vigne dont parle Jésus est sa personne elle-même, nous ne sommes pas absents de l’image. Jésus nous y nomme en nous disant « vous » : « Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. » Nous faisons partie de cette plante pleine de vie qu’est la personne de Jésus ressuscité. Paul écrivait des choses comparables en déclarant que nous étions les membres du Corps du Christ. Les membres forment un seul corps, et les sarments de la vigne constituent la plante. Elle ne produit rien sans eux ; les raisins ne poussent pas sur le cep, mais sur les sarments qui lui sont attachés.

Les sarments qui ne portent pas de fruit pompent de la sève inutilement. A la fin de son discours, Jésus parle d’eux au pluriel. Ils forment une masse inutile. Mieux vaut les enlever pour le bien de la plante : un coup de sécateur, et les voilà sectionnés ; ils sont bons pour le feu.

Le sarment qui porte de belles grappes, c’est celui-là que le vigneron soigne. Jésus parle de lui au singulier, car il a une valeur unique : « Mon Père le purifie en le taillant pour qu’il en porte davantage », déclare Jésus. Lui aussi reçoit un coup de sécateur, qui en écartera les ramifications stériles.

Le coup de sécateur est pour tout le monde, mais pas au même endroit. Ne pensons pas que les épreuves qui nous arrivent ne nous servent à rien. Toute existence reçoit les siennes. Les meilleurs sarments ont besoin d’être purifiés.

Donne-nous, Seigneur, de ne pas nous révolter lorsque la vie nous blesse. C’est sans doute pour que nous portions de plus belles grappes.
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF

Vos Intentions de prière

Agathe - Seigneur, toi qui aujourd'hui t'es anéanti devant nos méchancetés, et nos péchés pour sauver l'humanité, je te confie tout particulièrement mon frère très fragilisé psychologiquement et matériellement. Retombé dans la dépression suite à la pression d'un patron pervers qui l'a amené à la perte de son emploi, à l'indifférence de certains pro

324