Prisons: un rapport inédit sur les violences sur détenus

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

mardi 4 juin à 6h41

Durée émission : 4 min

3 questions à

© prison france SYLVAIN THOMAS AFP

​Lorsqu’on évoque les violences carcérales, on pense à celles commises par les détenus. Mais il ne faudrait pas oublier celles commises par le personnel pénitentiaire.

L’Observatoire international des prisons indique recevoir chaque semaine deux signalements de détenus qui déclarent avoir été violentés physiquement par du personnel pénitentiaire. L’OIP lève donc le voile sur ce tabou et réalise une enquête d’envergure inédite.
 

Peut-on définir ce type de violences ? Dans quel cadre se déroulent-elles ?

"La grande majorité des violences ont lieu dans le cadre d’altercations qui dégénèrent. La prison est un univers violent et l’escalade de la violence qui fait qu’une insulte d’un détenu aura pour réponse une gifle d’un surveillant. Au moment de maîtriser un détenu, on va le plaquer au sol, lui mettre un coup de pied. Au lieu d’utiliser la force strictement nécessaire, il va y avoir des abus et des dérives. Il y a aussi d’autres formes de violences plus rares, des expéditions punitives. Il y a aussi des complicités de violence, des violences déléguées à des co-détenus en fermant les yeux sur ce qui peut se passer en cour de promenade, ou dans une coursive" explique Cécile Marcel, directrice de l’Observatoire international des prisons.
 

Il ne faut pas oublier que les surveillants aussi sont victimes de violences…

"Tout à fait. Nous n’avons pas voulu faire un rapport à charge et nier que les surveillants étaient également victimes. Mais là il y a un angle mort, et sur ce sujet, celui qui n’est jamais abordé, ce sont les violences des surveillants sur les détenus. Et il nous semblait important de parler de cet angle mort. Car ce sont des faits graves, illégaux, et que cette violence là alimente aussi la violence des détenus" ajoute-t-elle.
 

Avec cette enquête, qu’espérez-vous ? Une prise de conscience ?

"On attend une prise de conscience générale. On souhaite sortir du déni et de l’omerta, de la même manière que l’on parle aujourd’hui des violences policières. On attend un signal très fort envoyé par le ministère de la Justice et l’administration pénitentiaire. Ces violences sont injustifiées et injustifiables, et il faut y mettre un terme. Il faudrait mettre en place des plateformes qui permettraient aux détenus de signaler ces violences. Les dispositifs actuels sont insuffisants" conclut-elle.

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 7h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Christian Vadon

Journaliste à RCF depuis près de 25 ans, Christian a touché à tout: présentateur de journaux, auteur de reportages, réalisateur d’émissions, il a même commis des magazines pour les enfants et pour les femmes ! Humble coureur de trail, il aime développer sur la durée sa passion d’une information qui fasse sens, d’où sa longévité à RCF.