Quand une entreprise est liquidée, c’est comme une petite cathédrale qui brûle

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique des EDC

mardi 30 avril à 6h55

Durée émission : 3 min

La chronique des EDC

L'échec d'une entreprise est un événement douloureux qui reste souvent dans l'ombre. Or c'est important d'en parler, c'est ce que nous explique Jean-Marie Valentin.

Je faisais un tour récemment sur les réseaux sociaux et entre de multiples vidéos et articles sur l’art de réussir ou le management du succès, je suis tombé sur une vidéo d’un de mes amis, Christian Vié, face caméra, le regard clair, annonçant la liquidation de sa société Orsery.

Le rêve de Christian, c’était de révolutionner la logistique de l’édition. Il voulait qu’on imprime les livres à la demande, directement sur les points de vente, pour éviter le gaspillage de papier et les transports couteux et non respectueux de l’environnement. Il a travaillé sur son projet six ans. Pendant 6 ans, tous les matins il s’est réveillé en se disant « j’ai une mission à accomplir ! » Pendant 6 ans, il a mobilisé autour de son projet plusieurs dizaines d’hommes et de femmes qui y ont cru avec lui : associés, partenaires, salariés. Une vraie communauté qui partageait son rêve.

Tous ont apporté leur talent, leur enthousiasme, leur capital, leur force de travail. Ils ont connu ensemble de grandes joies et de grandes espérances. Et en dépit de tout cela, Orsery n’a pas trouvé son modèle économique et a été liquidée avant Pâques. Comme de nombreuses autres entreprises françaises tous les mois.
 

Et quel enseignement en retirez-vous Jean-Marie ?

J’en retire trois enseignements. D’une part, qu’on ne parle pas assez de ces difficultés ou de ces situations d’échec que rencontrent tant d’entrepreneurs et de dirigeants, comme s’il s’agissait d’une maladie honteuse. Nous glorifions volontiers le succès spectaculaire, surtout s’il est sonnant et trébuchant et nous sommes incapables de comprendre l’échec renvoyant ceux qui le connaissent dans la solitude et la peur du lendemain.

Alors qu’il ne peut y avoir de succès véritable, sans acceptation de l’échec ! D’autre part, que lorsqu'une entreprise comme Orsery est liquidée, c’est comme une petite cathédrale qui brûle.

Car au-delà des dimensions matérielles, financières et techniques, c’est bien d’abord une communauté humaine et spirituelle qui disparaît. C’est une aspiration au dépassement de soi, au service de quelque chose de plus grand qui s’éteint. Et cela laisse des traces dans les têtes, les corps et les âmes de ceux qui y ont cru.

Enfin, le témoignage de Christian me touche car comme Notre-Dame de Paris livrée aux flammes pendant des heures, nous a révélé une croix intacte dans un rayon de lumière, Christian, au terme des difficultés qu’il a affronté pendant de longs mois, nous révèle un homme debout, un entrepreneur, un dirigeant chrétien, un copain admirable.

Alors cher Christian, permets-moi de te remercier de ton témoignage si rare et si précieux. Je prie pour que tu retrouves rapidement une mission au service de laquelle mettre ton immense talent et ta si belle âme. Et en attendant, on se prend un café quand tu veux.

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 6h55 et 12h48

Le mouvement des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) rassemble des chefs d’entreprises et des dirigeants soucieux d'approfondir le sens de sa mission de dirigeant à la lumière de l’Évangile et de l’enseignement social chrétien.

Le présentateur

Jean-Marie Valentin

Jean-Marie Valentin est le président des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) de Paris.