Quel président pour la Commission européenne ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Europe

vendredi 24 mai à 7h20

Durée émission : 3 min

Quel président pour la Commission européenne ?

Dans sa chronique du jour, Edouard Simon nous donne son pronostic sur celui qui sera désigné président de la commission européenne.

Depuis que Games of Throne a pris fin et que nous savons enfin qui règne sur Westeros, c’est LA question politique qui agite toutes les capitales européennes : qui prendra la place de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne ? Il y a 5 ans celui-ci avait été choisi à l’issue d’une campagne pour laquelle il avait été désigné Spitzenkandidat, ou tête de liste, de la droite européenne du PPE, le Parti Populaire Européen.

Cinq ans après, il semble à peu près certain que la nouveauté institutionnelle du système des Spitzenkandidaten, qui était apparue comme un progrès démocratique en 2014, échouera à désigner la future tête de l’exécutif européen.
 

Pourquoi écartez-vous le système des Spitzenkandidaten ? Et, peut-être pouvez-vous nous rappeler en quoi il consiste ?

Depuis le Traité de Lisbonne, le Conseil européen, c’est-à-dire les Chefs d’Etats et de gouvernements européens, désigne un candidat à la majorité qualifiée, mais c’est le Parlement européen qui élit le Président de la Commission européenne. Pour désigner son candidat, le Conseil européen doit « tenir compte du résultat aux élections au Parlement européen ».

Afin de maximiser leur influence sur ce processus de désignation et personnaliser la politique européenne, les partis politiques européens ont désignés en 2014 et cette année des têtes de liste, qui sont leurs candidats pour la présidence de la Commission – les Spitzenkandidaten. La logique de ce système est que le Conseil européen propose au Parlement le Spitzenkandidat du parti arrivé en tête des élections.

Mais, je vois deux raisons principales qui excluent la reproduction d’un tel scénario. D’une part, les équilibres politiques au sein du Conseil européen ont changé. Et, plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement ont pris parti contre ce système, dont Emmanuel Macron. D’autre part, la personnalité du principal Spitzenkandidat est clivante et n’a aucune chance d’obtenir un assentiment du Conseil européen. Il s’agit de l’Allemand Manfred Weber, désigné Spitzenkandidat par le PPE et issu de la CSU, la droite conservatrice allemande.

Or, M. Weber n’a aucune expérience gouvernementale, ne s’est pas fait remarquer pour son sens politique au Parlement européen où il est tout de même président du groupe PPE et il doit faire face au veto de personnalités comme le Grec Alexis Tsipras ou le Hongrois Viktor Orban.

 

Si ce n’est pas Manfred Weber, alors qui ? Y-a-t-il déjà des candidats déclarés ou putatifs ?

Vous vous en doutez, les candidats officiels ou officieux sont nombreux. Mais, mon pari : Michel Barnier. Il répond à tous les critères plus ou moins implicites pour devenir Président de la Commission : expérience, légitimité, appartenance politique. Mais surtout, Michel Barnier a démontré sa capacité à maintenir les Européens unis aussi bien au Conseil européen qu’au sein du Parlement tout au long des négociations du Brexit. Il est l’homme qui rend les Européens fiers.

Alors, attention : Barnier is coming…

Les dernières émissions

L'émission

Le vendredi à 7h20

Chaque semaine, dans la Matinale RCF, une analyse politique de l'Union européenne et de ses grands enjeux.

Le présentateur

Edouard Simon

Edouard Simon est directeur du bureau de Bruxelles du think-tank Confrontations Europe