« Réformer, oui, toujours, mais résister, aussi. »

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'édito de Sr Véronique Margron

mardi 24 septembre à 7h55

Durée émission : 3 min

L'édito de Sr Véronique Margron

Au coeur du scandale du Mediator, une figure brille, celle d'une femme extraordinaire : Irène Frachon

00:00

00:00

Sans doute qu’en ces temps de fortes tensions sociales, mais aussi de discussion du projet de Loi sur la bioéthique, beaucoup pourraient prendre à leur compte cette parole et en faire un slogan.
Mais je voudrais ce matin la rendre à son auteur, avec une profonde admiration : Irène Frachon. Irène Frachon, ou David contre Goliath.

En 2007, elle a 44 ans, et aime avec passion son métier de pneumologue ne rêvant de rien d’autre que du contact avec ses patients. Un de ses collègues cardiologue lui parle d’une patiente diabétique qui n’allait pas bien du tout. Elle prenait du Médiator.

On connaît la suite : « La fille de Brest » apporte, petit à petit, les preuves de la dangerosité du produit et le Médiator est retiré en novembre 2009. Il aura été utilisé par plus de 5 millions de personnes - des femmes essentiellement - faisant entre 1500 et plus de 2000 morts, sans compter le nombre de personnes atteintes d’hypertension artérielle pulmonaire, maladie incurable à ce jour. Après cette victoire, Irène Frachon continue son combat et dévoile ce monde d’ombres et de grisaille qui a permis au Médiator de poursuivre, pendant des dizaines d’années, son chemin de meurtrier. Monde des conflits d’intérêts, des réseaux d’influence, de corruption. Sans oublier de s’engager totalement afin que maison par maison, victime par victime, celle-ci soit reconnue et indemnisée.

Aujourd’hui, après 8 ans d’instruction, ce procès hors norme s’ouvre enfin.
 
Irène Frachon est protestante. Elle raconte ceci : « Si j’étais athée - ce qui m’arrive par intermittence ! j’espère que ça ne changerait rien à mon engagement citoyen. À titre personnel, le fait d’être croyante et protestante m’a donné une charpente morale, psychique et spirituelle qui m’a protégée. Revenir à ce qu'on lit dans l'Évangile : être auprès des plus faibles, agir selon sa conscience, ne pas avoir peur. Cette perception transcendantale ne m'a pas transformée en illuminée, mais m'a permis de faire face. Et l’affaire du Médiator, ce n’est ni plus ni moins que secourir son prochain. »
 
Madame, vous avez tout notre respect et notre soutien.
 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 7h55

Tous les mardis dans la Matinale RCF, l'édito de Sr Véronique Margron.

Le présentateur

Sr. Véronique Margron

Religieuse dominicaine, présidente de la CORREF (Conférence des religieux et religieuses de France) https://www.viereligieuse.fr sur Twitter : @veroniqueop