"Remercier la jeunesse pour ce qu’elle est, ce qu’elle apporte"

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique des Scouts et Guides de France

mercredi 10 janvier à 6h55

Durée émission : 3 min

"Remercier la jeunesse pour ce qu’elle est, ce qu’elle apporte"

© Photo Facebook de François Mandil

"Les enquêtes le confirment toutes : les jeunes sont largement engagés, et de plus en plus." En ce début d'année, François Mandil revient sur les qualités et les aspirations de la jeunesse.

"C’est la saison des vœux. Lundi, Marie Mullet-Abrassart, présidente des Scouts et Guides de France, s’adressait aux responsables du mouvement en disant : "Le monde a besoin des jeunes, le monde a besoin d'engagement, le monde a besoin de scoutisme, le monde a besoin de vous !" Et citant le pape François lors des JMJ de Rio : "Ayez le courage d’être heureux. Le temps que nous vivons a besoin de jeunes avec des chaussures, mieux encore, chaussant des crampons".

C’est toujours important de rappeler que les jeunes, par leur appétit, leur enthousiasme, contribuent énormément à la société. Dans le scoutisme, les chefs et cheftaines donnent plusieurs centaines d’heures par an simplement pour le plaisir de voir grandir les jeunes. C’est le message laissé par Baden-Powell, le fondateur du scoutisme : rendre ce monde un peu meilleur.

Les enquêtes le confirment toutes : les jeunes sont largement engagés, et de plus en plus. 25 % des 18-30 ans donnent déjà bénévolement du temps tous les mois. Sur le plan financier aussi, les jeunes sont les plus généreux ! Selon la dernière enquête de France Générosité, les moins de 30 ans donnent en moyenne 1,4 % de leurs revenus. C'est en proportion des revenus, plus que tous les autres !

Emmanuel Macron également a adressé des vœux à la jeunesse … en lui demandant justement de s’engager ! Et fait nouveau, il a notamment cité l’engagement dans les associations, ce qu’il faut saluer. Mais Emmanuel Macron n’est pas le pape. Là où François déclare "le monde a besoin de vous", Emmanuel Macron, lui, dit "J’ai besoin de vous".

Il poursuit ensuite: "quand il a fallu vous éduquer, c’est la France qui était là. Quand il faut vous soigner, c’est la France qui est là". C’est vrai. Mais pourquoi ce "il a fallu" qui donne l’impression que la jeunesse est un poids, qu’elle est ingrate, assistée. Vous vous souvenez également que dans ses vœux, le président a dit "n’oubliez jamais que nous sommes la Nation française". Et bien à l’inverse, quand il s’est adressé spécifiquement à la jeunesse, il a dit "la France est là pour vous", comme si la jeunesse ne faisait pas encore partie de la Nation.

L’engagement, c’est volontaire, c’est pour promouvoir une cause qui nous tient à cœur et c’est sans attendre de récompense. Il ne s’agit pas de multiplier les injonctions à la jeunesse pour qu’elle s’engage pour votre projet, il faut faciliter les espaces d’engagements. Les jeunes accueillent, préservent, enchantent, encouragent, consolent, protègent. Les jeunes inventent de nouvelles façons de vivre, rappellent qu’il n’y a pas que le travail et l’argent dans la vie, ils ont intégré les changements climatiques et préparent l’après. Ils chantent et ils dessinent. Et tout cela rend le monde plus facile à vivre.

Si je devais faire un vœu pour 2018, ce serait qu’on prenne un peu plus le temps de remercier la jeunesse pour ce qu’elle est, pour ce qu’elle apporte, au lieu de toujours commencer par lui dire qu’elle n’en fait pas assez ou qu’elle ne rentre pas assez dans le moule. Cela rendrait, à mon avis, ce monde un peu meilleur."

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les mercredis à 06h55

Chaque mercredi, découvrez la chronique des Scouts et Guides de France sur RCF !

Le présentateur

François Mandil

François Mandil est le délégué national Communication et Relations extérieures des Scouts et Guides de France.