Rentrée scolaire et coronavirus: "Les enfants se contaminent peu dans les écoles"

Présentée par UA-133659

S'abonner à l'émission

L'invité de la rédaction

lundi 24 août à 8h10

Durée émission : 7 min

L'invité de la rédaction

© 2020 FREDERICK FLORIN / AFP - Le 1er septembre, les écoles ouvriront de nouveau leurs portes aux enfants.

Une tribune des associations de pédiatres a été rendue publique, le mercredi 19 août, pour alerter sur l’organisation de la rentrée scolaire face au nouveau coronavirus.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

La rentrée scolaire face au coronavirus. Le mercredi 19 août, dans une lettre aux autorités rendue publique, les associations de pédiatres écrivaient : "Aujourd’hui, nous ne pouvons que nous montrer inquiets devant l’organisation de la rentrée telle qu’elle se profile".  Parmi les signataires, la Société française de pédiatrie (SFP), le Groupe de pathologie infectieuse pédiatrique (GPIP) et l’Association française de pédiatrie ambulatoire (Afpa) alertaient en particulier sur "la pratique des prélèvements nasopharyngés quasi-systématiques […] chez les enfants présentant une fièvre, des signes respiratoires ou digestifs". Avec le retour des maladies hivernales, Fabienne Kochert, pédiatre à Orléans et présidente de l’Afpa, s’inquiète sur l’usage des tests et "la demande de certificat de non-contagion" par de nombreux parents inquiets.

 

Le lavage des mains, geste barrière plus efficace pour les enfants

Fabienne Kochert assure que "les enfants se contaminent majoritairement au sein des familles et peu dans les écoles". Par ailleurs, avec l'hiver qui va pointer le bout de son nez, les enfants tomberont malades "huit fois plus souvent que les adultes", soulève la pédiatre. Il est donc naturel que la toux, les coulements de nez deviennent fréquents à cette période de l'année. Afin d’obtenir une rentrée scolaire dans les meilleures conditions, les pédiatres souhaitent "rassurer les parents et les enseignants". En effet, pour la pédiatre "les enfants ne doivent pas être reconfinés et l’école doit reprendre durablement". Avec la rentrée des classes, certes "le virus va de nouveau circuler", appuie la présidente de l'Afpa. Mais "l'ensemble des études concordent sur le fait que la part des plus jeunes dans la propagation de l'épidémie est très faible", retient Fabienne Kochert. Ainsi, une obligation de port du masque pour les plus jeunes serait trop "contraignante" pour eux, et "le résultat au niveau de l'épidémie serait très faible", soutient la pédiatre. Selon elle, la barrière la plus efficace pour les enfants, c'est "le lavage des mains".

 

Une revaccination recommandée

"Les pédiatres insistent sur les vaccins qui existent déjà pour certaines maladies hivernales, souligne Fabienne Kochert.  Ils recommandent une revaccination, pour éviter d’avoir trop d’enfants malades et une surcharge dans les salles d’attentes".
La docteure alerte également sur les tests PCR. Pour elle, "ces tests sont trop invasifs et leurs rendements sont très mauvais sur les enfants à symptologie banale". La présidente de l'Afpa souhaiterait "avoir des tests de diagnostic rapide dans les cabinets, pour avancer dans les évaluations afin d’obtenir des orientations plus rapidement", pour traiter au mieux les enfants.

 

Invités

  • Fabienne Kochert, pédiatre à Orléans et présidente de l’Association française de pédiatrie ambulatoire

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque jour, la rédaction nationale RCF vous propose un entretien avec un acteur de la société civile ou une personnalité engagée dans le domaine associatif, politique, entrepreneurial ou religieux.

Le présentateur

Jean-Baptiste Labeur