République démocratique du Congo: l'Eglise catholique conteste le résultat de la présidentielle

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

vendredi 11 janvier à 6h41

Durée émission : 4 min

3 questions à

© Luis TATO AFP

​L’élection présidentielle en République démocratique du Congo aurait pu marquer l’histoire du continent africain.

Pour la première fois, un candidat de l’opposition est élu. Et le président sortant, Joseph Kabila, même s’il a mis deux ans pour cela, s’est retiré sans violences du pouvoir. L’annonce de la victoire de Félix Tshisekedi, par la commission électorale, pourrait mettre à mal ces avancées. L’autre candidat de l’opposition, arrivé deuxième, Martin Fayulu, parle de putsch électoral. Le décompte organisé par la Conférence épiscopale le donne gagnant.
 

Le deuxième candidat de l’opposition conteste la victoire de son rival. Il estime que c’est lui qui a gagné. Qui croire ?

"Ce n’est un secret pour personne que l’Eglise catholique, en l’absence d’Etat congolais fort et structuré, et d’observateurs internationaux, est le grand corps au Congo qui a déployé 40.000 observateurs dans le pays. À mon sens, ce sont eux qui sont crédibles et qui au début sans le dire, et puis petit à petit, ont fait fuité le nom de Martin Fayulu, qui serait le vrai vainqueur de l’élection. Ce qui se dit beaucoup, et c’est ce qui est probable, c’est qu’il y a eu un deal entre Felix Tshisekedi et Joseph Kabila, pour accéder au pouvoir en échange d’une amnistie par rapport à ses actes passés" explique Michel Galy, professeur de géopolitique à l’institut des relations internationales de Paris.
 

Comment comprendre ce rapprochement assez récent entre le candidat de l’opposition et Joseph Kabila ?

"C’est vraiment un retournement extraordinaire. Le fait est que la population est excédée du régime Kabila qui a successivement truqué les élections et qui depuis deux ans aurait dû quitter le pouvoir. Le candidat de Kabila a fait un score dérisoire. Kabila a donc dû changer de cheval au milieu du gué et de s’appuyer sur Felix Tshisekedi qui lui semble peut être de meilleur composition que Fayulu" ajoute-t-il.
 

Martin Fayulu dénonce un putsch électoral. Sur quoi peut-il se reposer maintenant pour contester l’élection de Tshisekedi ?

"Il y a deux voies. La voie légale devant le Conseil constitutionnel. Mais on sait ce que sont les recours juridiques en Afrique. Mais il peut s’appuyer quand même sur des puissances institutionnelles et générationnelles. Il y a d’un côté la très puissante Eglise catholique qui a lutté pendant des dizaines d’années pour la démocratisation du pays et des élections libres et d’un autre côté la jeunesse, une force en voie de se structurer, et qui a une grande autorité morale" précise Michel Gali.
 

Si le Conseil constitutionnel valide l’élection de Tshisekedi, y-a-t-il un risque que l’on replonge dans un climat de violence ?

"Oui. Ce n’est pas l’Eglise qui va mener la contestation violente mais ils peuvent manifester dans la rue, les jeunes aussi. Et il y a toujours un tiers dans ce genre de situation, les forces armées, dont on ne sait de quel côté elles vont se porter" conclut ce spécialiste de la RDC.

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h41 et 07h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Christian Vadon

Journaliste à RCF depuis près de 25 ans, Christian a touché à tout: présentateur de journaux, auteur de reportages, réalisateur d’émissions, il a même commis des magazines pour les enfants et pour les femmes ! Humble coureur de trail, il aime développer sur la durée sa passion d’une information qui fasse sens, d’où sa longévité à RCF.