Rester ouvert à l'inattendu

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique des Scouts et Guides de France

mercredi 11 décembre 2019 à 6h55

Durée émission : 3 min

Rester ouvert à l'inattendu

Au moment où les enfants plein d'impatience font leur liste au Père Noël, on parle ici de l'attente

Il y a 10 jours, à la maison, nous préparions le sapin et la crèche avec les enfants. Comme un doux parfum d’enfance, un peu cliché, une fin de dimanche après-midi, de la musique dans l’air, un thé fumant. Penser à la place de chaque chose, intégrer les nouveaux moutons pour les nouvelles naissances, mettre les rois mages de côté parce qu’ils ne sont pas encore arrivés. Répéter les mêmes gestes que ceux réalisés avec mes parents, se souvenir de cette période qui débute 4 semaines avant Noël, allumer la 1ère bougie, le 1er dimanche, et attendre.
 
Cette période de l'avent c'est une période d'attente qui nous permet de nous préparer à accueillir. 
 
C’est une période qui doit nous amener à faire le vide oui, avant de s’emplir.

C’est une période de patience, une période avec l’envie d’avoir envie (ça, c’était pour vous mettre du Johnny dès le matin en tête), parce que c’est de ça dont on se souvient, ce chemin vers Noël, étape après étape, bougie après bougie, jour après jour.  Chaque enfant imagine ce que sera son matin de Noël, ce qu’il découvrira sous le sapin, l’excitation de ne pas savoir et de tout envisager. On est loin de l’immédiateté de nos quotidiens. Nos enfants doivent ré-apprendre le temps long, attendre c’est aussi rêver !
 
La disponibilité à l’accueil demande de faire confiance car nous ne savons pas comment va être la personne que nous attendons, l’évènement que nous imaginons. Accueillir c’est forcément être prêt à être déplacé, surpris. Cette disponibilité à l’autre, même quand elle fait peur, est toujours riche de la rencontre. On se prépare à accueillir en se préparant à ne pas savoir ce que l’on accueille. Dans un monde où l’on cherche à beaucoup contrôler, à prévenir absolument le risque, à organiser la rencontre, à border tout ce qui peut l’être comme un cadre rassurant alors lâcher prise c’est forcément s’ouvrir à l’instant présent.
 
Cette période de l'Avent nous invite donc à rester ouvert à l'inattendu. Oui, attendre la naissance d’un enfant, commencer l’année avec de nouveaux élèves, ouvrir sa porte à des étrangers c’est accepter l’accueil inconditionnel. Bien sûr on se projette, on se demande comment sera notre enfant, quel caractère il aura, à qui il ressemblera pour qu’au final on découvre tout de lui au fur et à mesure. Cet accueil fonctionne sur un ressort commun : la fraternité à laquelle nous sommes tous appelés.
 
Dimanche prochain des louveteaux/jeannettes de 8 à 11ans iront chercher à Vienne la Lumière de Bethléem pour rentrer en France la diffuser partout, de main en mains, de lampes en lampes. Une chaîne de fraternité, un geste de Paix, des milliers de personnes qui vivent cette Attente vers Noël. Sans doute auront-ils alors en tête une des lettres aux Hébreux :
 
« Persévérez dans l’amour fraternel. N’oubliez pas l’hospitalité ; car grâce à elle, certains sans le savoir, ont accueilli des anges »
 
 
 

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 6h55 et 12h48

Quelle place dans la jeunesse dans notre société ? on en parle chaque mercredi avec la présidente d’une des plus grandes associations de jeunesse : Les Scouts et Guides de France

Le présentateur

Marie Mullet

présidente des scouts et guides de France sur Twitter : @MAbrassart