Sardines

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un mot, un jour

mardi 3 décembre à 8h55

Durée émission : 4 min

Un mot, un jour

Alors que l'Italie se réunit autour du symbole de la sardine, Jean Pruvost revient sur ce petit poisson qui fait parler de lui

Voilà un poisson qui m’intrigue, parce qu’honnêtement, si j’ai déjà vu des truites vivantes, je n’ai jamais vu une « sardine » vivante (excepté en ce moment en Italie), et pourtant qui d’entre nous n’a pas mangé de sardines, et avouons-le beaucoup en ont mangé en boîte, la formule « une boite de sardine » est très présente dans nos têtes. D’ailleurs j’y pense chaque fois que je prends le RER, puisqu’on se dit tous qu’on y est serré comme dans une boîte à sardine. Alors réhabilitons ce petit poisson, hélas pour lui délicieux, dont l’histoire est finalement assez simple.

Eh bien oui, il est temps de réparer notre méconnaissance de ce petit poisson. Qu’en dit Furetière en 1690 : « Sardine. Poisson de mer qui est peu différent du hareng, qui a la tête dorée, le ventre blanc, et le dos vert et bleu, mais qui est plus estimé. Il y a des saisons, ajoute-t-il, propres pour aller à la pêche aux sardines ».

Et vient un détail important qui préfigurent nos « boîtes à sardine » forcément récentes. « Les sardines, précise Furetière, se gardent deux ans salées sans se corrompre ». Et voilà le malheur de la sardine, elle résiste au temps. Et la boîte de conserve a scellé son destin. Bon, on voit bien que Furetière est sensible à la sardine qui se mange. Consultaons maintenant une définition du XXe siècle, plus physiologique, celle du Trésor de la langue française par exemple… « Petit poisson de la famille des Clupéidés, très abondant dans les mers d’Europe, au corps en forme de fuseau, recouvert d’écailles lisses, argentées, qui vit en bancs et dont la chair est estimée. »

Et voilà cité la sardine bretonne, portugaise, de Royan, de Marseille. Avec un exemple tiré d’un ouvrage consacré à l’Industrie des conserves, daté de 1950 : « Les côtes nord et sud de la Bretagne… sont jalonnées de petits ports actifs parmi lesquels se distinguent Douarnenez pour la sardine. »

Ce mot vient du latin sardina, qui désigne le poisson, abondant sur les côtes… de Sardaigne. Au reste de la Sardine à la Sardaigne, il n’y a qu’un pas phonétique à franchir. Mais je veux rendre hommage à la sardine, à travers les mots croisés, qui en donne une triste définition.

« Victime de l’emboitement ». Eh oui. On est des monstres sardinophages…

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h55

Jean Pruvost, lexicologue passionné et passionnant vous entraîne chaque matin dans l'histoire mouvementée d'un simple mot !  

Le présentateur

Jean Pruvost

Chroniqueur de langue à RCF depuis 2011, Jean  choisit chaque jour un mot de l’actualité, pour l’intense plaisir d’en partager la saveur, en ouvrant les dictionnaires de sa bibliothèque qui en compte dix mille… Explorer ensemble les mots, c’est construire des harmonies. Jean aime aussi marier les mots et les notes sur sa guitare.