Savoir et agir, c'est se souvenir

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique des Scouts et Guides de France

mercredi 2 octobre à 6h55

Durée émission : 3 min

Savoir et agir, c'est se souvenir

Avec le décès de Jacques Chirac on parle du souvenir et du devoir de mémoire

Le 5ème président de notre 5ème République est donc décédé le 26 Septembre dernier. Et pendant 4 jours les informations ont tourné en boucles, allant d’hommages en rétrospectives, d’interviews en émissions souvenirs. Bien loin de moi l’idée de faire une chronique politique, de m’intéresser au contenu de ses mandats en pesant ce qu’il y aurait à célébrer ou à condamner. Ce n’est pas de l’homme politique qu’il me semble important de parler mais plutôt de l’homme d’Etat. Et du devoir de souvenir qu’il me semble nécessaire de toujours faire.
 

Le devoir de souvenir une variante du devoir de mémoire ?

 
C’est son corollaire en fait je crois. C’est un enjeu d’éducation des plus jeunes générations. Je suis toujours surprise de me rendre compte que nos ados de 2019 ne connaissent pas ou si peu ces hommes politiques qui marquent l’histoire de notre démocratie. Qu’ils seraient bien embêtés de devoir citer  2-3 évènements parmi ceux qui jalonnent les années de ces présidents et donc de notre histoire. Qu’ils considèrent cela comme la plupart du temps barbant. Nous n’avons jamais été aussi exposés à l’information et à l’image conservée, retravaillée et remise en état et nous n’avons jamais été pour autant aussi loin de notre passé. Connaître ces pans d’histoire c’est rentrer dans la construction de sa réflexion politique et ce n’est pas réservé à une élite sur les bancs des grandes écoles! Notre vie dans la société d’aujourd’hui est le fruit de décisions qui nous ont précédées. Qu’elles soient bonnes ou mauvaises elles sont notre héritage, elles ont formé notre conscience et ne pas s’y intéresser, c’est hypothèquer notre avenir.
 

« Celui qui ne sait pas d’où il vient, ne peut savoir où il va »

 
Le site de l’éducation nationale indique comme définition : « Le devoir de mémoire permet aux jeunes générations de mieux comprendre les racines et les enjeux de l’histoire contemporaine. » Se parler d’hier c’est comprendre aujourd’hui, c’est permettre de ne pas re-créer les conditions des atrocités commises et faire en sorte de ne pas se réveiller à chaque veille de basculement politique. C’est une éducation de chaque jour qui nous donne des clés pour se construire nos opinions, nos avis, pour éclairer nos votes.

Simone Veil disait «Je n’aime pas l’expression devoir de mémoire. Le seul devoir c’est d’enseigner et transmettre. » La transmission c’est un accélérateur d’Histoire, notre rôle d’éducateur est d’ouvrir ces possibilités, d’offrir ces espaces d’apprentissage et d’en faire des moments interactifs, ludiques, attractifs, des moments qui parlent du passé à une jeunesse d’aujourd’hui.
 
Pour les chrétiens, se souvenir est l’un des fondements de leur foi. Comme le rappelait ici même il y a quelques mois le Frère Erik Varden, moine trappiste en Angleterre et ancien enseignant à l’université de Cambridge, la communauté de l'Église est fondée sur une mémoire partagée tout en étant "radicalement orientée vers l'avenir" .
 
Le 27 Juin 2020, les Scouts et Guides de France fêteront leurs 100 ans. Il ne s’agira pas de se retourner pour se dire uniquement le beau chemin parcouru, saluer les hommes et les femmes qui ont permis au mouvement d’exister, il s’agira surtout de nous souvenir pour nous mettre en route pour les 100 prochaines années. Notre passé nous oblige. Notre passé nous appelle à rêver notre avenir pour le bâtir. Savoir et agir, c’est se souvenir.

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 6h55 et 12h48

Quelle place dans la jeunesse dans notre société ? on en parle chaque mercredi avec la présidente d’une des plus grandes associations de jeunesse : Les Scouts et Guides de France

Le présentateur

Marie Mullet

présidente des scouts et guides de France sur Twitter : @MAbrassart