Scandale

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un mot, un jour

lundi 23 septembre à 8h55

Durée émission : 4 min

Un mot, un jour

​« Scandale », voilà un mot quelque peu mis à tous les parfums, ne dit-on pas d’ailleurs « un parfum de scandale ».

« Scandale » a un sens très précis dans l’Antiquité, où pour ainsi dire il se prononçait de manière similaire, c’est assez rare en fait qu’un mot ne se déforme pas dans sa prononciation…

C’est un mot issu du grec skandalon, qui au tout départ désigne un piège placé sur le chemin pour nous faire trébucher, et dès l’Antiquité grecque prend déjà le sens métaphorique d’obstacle, de pierre d’achoppement. Il passe ensuite tel quel en latin ; scandalum, avec le sens chrétien de ce qui fait obstacle, est cause de trouble, de ce qui incite à pécher. En fait, pour revenir au grec, ce mot grec skandalon, vient lui-même d’une racine sans doute indo-européenne, skand, désignant, un morceau de bois pouvant servir de piège mais aussi d’échelle. Et c’est pourquoi le mot latin ascensio, la montée, est de même racine, et se retrouve aussi dans le domaine religieux à travers l’Ascension.

En somme le bâton, piège et obstacle, donne le scandale, et le bâton servant d’échelon nous donne l’ascension. Parfois, je me dis que cette racine a quelque chose de symboliquement fort, pouvant aboutir au meilleur comme au pire. Bien, oublions cette réflexion personnelle et passons à l’évolution du mot, il entre en langue française au XIIe siècle, d’emblée en tant que terme religieux pour désigner ce qui est l’occasion d’une chute morale, et dès le XVIe siècle notamment chez Calvin dans l’Institution chrétienne, pour démarquer l’indignation qu’on a des actions ou discours donnant le mauvais exemple. Il faut attendre en réalité le XVIIe siècle pour voir apparaître un sens moderne hors du contexte religieux, décrivant un éclat fâcheux produit par le fait d’actes ou de propos considéré comme contraires à la morale, aux usages. Encore est-ce Pascal qui atteste de ce sens

IL Y A LE SENS MODERNE DES AFFAIRES GRAVES 

C'est au XVIIIe et XIXe siècle, que ce sens prend vigueur. Au XIVe, le mot avait de fait déjà aussi le sens d’esclandre sur la voie publique mais, là, vient l’idée de scandale public mis en exergue par la presse pour des propos ou faits considérés comme immoraux. Avouons-le cependant, un scandale fait vendre du papier, d’où cette définition des mots croisés que je n’ai pas comprise tout de suite : « scandale : garniture de manchettes ». Oui de manchettes de journaux !  

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h55

Jean Pruvost, lexicologue passionné et passionnant vous entraîne chaque matin dans l'histoire mouvementée d'un simple mot !  

Le présentateur

Jean Pruvost

Chroniqueur de langue à RCF depuis 2011, Jean  choisit chaque jour un mot de l’actualité, pour l’intense plaisir d’en partager la saveur, en ouvrant les dictionnaires de sa bibliothèque qui en compte dix mille… Explorer ensemble les mots, c’est construire des harmonies. Jean aime aussi marier les mots et les notes sur sa guitare.