"Seigneur, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux" (Mt 14, 22-36)

Présentée par UA-131020

S'abonner à l'émission

Prière du matin

mardi 4 août à 5h45

Durée émission : 5 min

"Seigneur, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux" (Mt 14, 22-36)

© David-Zawila-UNSPLASH

"Seigneur, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux"

Méditation de l'évangile (Mt 14, 22-36) par le père Emmanuel Payen

Chant final: "Voici Dieu qui vient à mon secours" par la communauté de TAIZÉ

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus avait nourri la foule dans le désert.
    Aussitôt il obligea les disciples à monter dans la barque
et à le précéder sur l’autre rive,
pendant qu’il renverrait les foules.
    Quand il les eut renvoyées,
il gravit la montagne, à l’écart, pour prier.
Le soir venu, il était là, seul.
    La barque était déjà à une bonne distance de la terre,
elle était battue par les vagues,
car le vent était contraire.
    Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux
en marchant sur la mer.
    En le voyant marcher sur la mer,
les disciples furent bouleversés.
Ils dirent :
« C’est un fantôme. »
Pris de peur, ils se mirent à crier.
    Mais aussitôt Jésus leur parla :
« Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! »
    Pierre prit alors la parole :
« Seigneur, si c’est bien toi,
ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. »
    Jésus lui dit :
« Viens ! »
Pierre descendit de la barque
et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus.
    Mais, voyant la force du vent, il eut peur
et, comme il commençait à enfoncer, il cria :
« Seigneur, sauve-moi ! »
    Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit
et lui dit :
« Homme de peu de foi,
pourquoi as-tu douté ? »
    Et quand ils furent montés dans la barque,
le vent tomba.
    Alors ceux qui étaient dans la barque
se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent :
« Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »
    Après la traversée, ils abordèrent à Génésareth.
    Les gens de cet endroit reconnurent Jésus ;
ils firent avertir toute la région,
et on lui amena tous les malades.
    Ils le suppliaient de leur laisser seulement
toucher la frange de son manteau,
et tous ceux qui le faisaient furent sauvés.
 
Source : AELF

Méditation Père Emmanuel Payen 

Après le grand « miracle » de la multiplication des pains, la foule se disperse, Jésus se retire à l’écart pour prier, et les disciples partent en bateau pour rejoindre l’autre rive.
Mais ils ont des difficultés, le vent est contraire et les vagues les empêchent d’avancer.
A la fin de la nuit, Jésus les rejoint en marchant sur la mer.
 
Stupeur, panique, les disciples croient voir un fantôme… ils ont peur et crient…
Mais Jésus leur parle : « Confiance, c’est moi, n’ayez pas peur »
 
A l’époque de Jésus, pour les Juifs, la mer représente une puissance redoutable, menace de mort ; voir Jésus marcher sur la mer, c’est reconnaître qu’Il a pouvoir sur la mer et les forces de mal.
Il est beaucoup plus qu’un homme, Il est Fils de Dieu.
« Vraiment, Tu es le Fils de Dieu. »
Pierre, le réaliste, le pragmatique veut rejoindre Jésus en marchant lui aussi sur l’eau.
Jésus lui dit : « Viens »… et il y va…
 
 
Mais voyant la tempête il eut peur et commençait à s’enfoncer. Aussitôt, Jésus le saisit et ils montèrent tous les deux dans la barque.
« Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »
 
Cet évènement peut nous faire comprendre deux choses :
 - Au milieu de nos tempêtes, Jésus est présent.
   Au cœur de nos grandes épreuves, Jésus nous rejoint et nous dit :
   « Confiance, je suis avec toi, n’aie pas peur ».
 
 - Et Jésus nous invite à croire en Lui, à lui faire confiance.
   Quoiqu’il arrive, il prendra soin de nous et nous donnera sa Paix.
 
Etends sur nous ta main, Seigneur, lorsque les difficultés de la vie nous font chanceler.
Sauve-nous, Seigneur, lorsque la peur nous paralyse et tue en nous la confiance.
Arrache-nous au doute et affermis notre foi en toi, notre Sauveur.
 
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF