Séminaires : comment la formation des futurs prêtres va évoluer

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'actu chrétienne

mardi 12 novembre à 7h52

Durée émission : 3 min

L'actu chrétienne

© Corinne SIMON CIRIC

Parmi tous les sujets abordés au cours de l'assemblée plénière d'automne de la CEF, les évêques ont fait le point sur la réforme de la formation des séminaristes.

"Si un prêtre n’est pas formé pour être un bon pasteur, toutes ses connaissances intellectuelles ne lui serviront à rien". C’est par ces mots que Mgr Patrón-Wong, le secrétaire de la congrégation pour le clergé, chargé des séminaires, avait lancé en novembre 2017 le travail d’appropriation des évêques français de la "Ratio Fundamentalis institutionis sacerdotis" : le document qui contient les nouvelles recommandations du Vatican pour la formations des séminaristes…

Depuis deux ans donc, un groupe d’une dizaine d’évêques mais aussi de prêtres et de formateurs de séminaires, dont des laïcs, travaillent à l’écriture de ce qu’on appelle la "Ratio Nationalis". On peut dire pour simplifier qu’il s’agit du futur programme de formation des prêtres en France. Et il a été présenté la semaine dernière à Lourdes.
 

Les grands enjeux pour la formation des séminaristes

Il y a d’abord un enjeu d’adaptation de la formation à l’époque dans laquelle nous vivons. Au moment de lancer le travail en 2017, Mgr Beau, l’archevêque de Bourges qui préside le groupe de rédaction de la "Ratio Nationalis", expliquait qu'"il faut que nous nous adaptions à la nouveauté de l’homme d’aujourd’hui, à la manière de réfléchir de l’homme d’aujourd’hui pour donner à l’homme d’aujourd’hui de pourvoir être témoin du Christ".

C’est bien le sens du nouveau document qui insiste sur la dimension intégrale de la formation des prêtres, à la fois humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale. Pour cela, la propédeutique, l’année de discernement vocationnel, va devenir obligatoire et les séminaristes ne seront plus accueillis au séminaire sur des critères géographiques mais sur la spécialité des maisons de formation.
 

L'agenda du nouveau programme de formation

Après la présentation de la "Ratio Nationalis", la semaine dernière à Lourdes, les évêques ont six semaines pour faire leurs remarques et proposer des amendements. Les modifications devront être validées par la congrégation pour le clergé au Vatican. Le texte définitif sera normalement adopté définitivement à la prochaine session des évêques à Lourdes, au printemps 2020. Pour rappel, il y a aujourd’hui 831 séminaristes répartis dans 26 lieux de formation en France.

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 7h52

Toute l'année, la rédaction nationale de RCF vous tient informés de l'actualité de l'Église et des mouvements chrétiens.

Le présentateur

Etienne Pépin

Etienne Pépin est rédacteur en chef Actualités.