Si les catholiques se mettent à appliquer Laudato Si’…

S'abonner à l'émission

L'édito de Jean Merckaert

lundi 30 avril 2018 à 7h55

Durée émission : 3 min

L'édito de Jean Merckaert

Ce matin, je voudrais vous parler d’un événement qui a fait peu de bruit mais qui, pourtant, pourrait avoir une portée considérable. Le 22 avril, à l’occasion de la « journée de la Terre », 35 institutions catholiques dont trois grandes banques, ainsi que Caritas internationalis et son membre français, le Secours catholique, ont annoncé avoir désinvesti les énergies fossiles. De quoi s’agit-il ? Désinvestir les énergies fossiles, cela signifie sortir de son épargne, de son portefeuille – quand on en a un ! - tous les placements dans le charbon, le gaz et le pétrole. Quel intérêt, me direz-vous ? Il est simple : on tient là les premiers responsables du réchauffement climatique. Si nous voulons avoir une petite chance de ne pas dépasser les +2°C à la fin du siècle, il nous faut laisser sous le sol 80% des réserves déjà connues de charbon, de pétrole et de gaz. Et donc, évidemment, arrêter de chercher de nouveaux gisements ! Désinvestir, en somme, c’est dire « non, on ne rendra pas la planète invivable avec mon argent ! ». Pourquoi cette annonce est-elle si importante ? Deux raisons :

D’abord je trouve cette démarche d’une radicalité bienvenue. Face au défi climatique, la plupart des gouvernements et des entreprises cherchent à « verdir » les comportements : ici on favorise l’isolation des maisons, là on encourage des moteurs moins gourmands, ou encore on mange moins de viande… et à la fin, on espère qu’on aura suffisamment réduit nos émissions de CO2. Bien sûr, ces efforts vont dans le bon sens, mais au total, ça ne suffit pas : la France, par exemple, a augmenté ses émissions l’an passé ! Avec le désinvestissement, on inverse la donne : on reconnaît d’abord de nouveaux interdits. Et si collectivement, nous reconnaissons ne disposer que d’une quantité limitée de pétrole et de gaz, alors se pose la question des priorités et de la juste répartition. Cela change tout.

La deuxième raison tient aux organisations qui ont fait cette annonce. Non pas que ce soient les premières – le mouvement pour le désinvestissement a commencé dès 2010 aux États-Unis, ni les plus grosses – en comparaison des fondations américaines ou des fonds de pension de la Suède et de la Norvège. Ce ne sont pas même les premières organisations catholiques, car les premières victimes du dérèglement climatique, ce sont les plus pauvres : à l’étranger, de nombreuses congrégations ou paroisses ont désinvesti. En France, le CCFD-Terre Solidaire aussi, dès l’automne 2015[1].

Ce qui est nouveau, c’est que les institutions impliquées sont dans le cœur du réacteur : Caritas Internationalis, je peux en témoigner, a son siège dans la Cité même du Vatican. En France, c’est aussi un diocèse, celui de la Mission de France, qui a annoncé vouloir désinvestir. Demain, peut-être, ce sera plus près encore de chez vous, si des chrétiens en prennent l’initiative dans leur paroisse[2], ou en font la demande auprès de leur évêque[3].

On ne devrait pas s’en étonner : le pape François a clairement écrit, dans son encyclique Laudato Si’ que “la technologie reposant sur les combustibles fossiles très polluants a besoin d’être remplacée, progressivement et sans retard” (§165)[4]. Mais, au risque d’être taquin, c’est peut-être justement cela, l’événement : l’Église, face au défi climatique, commence à faire ce qu’elle prêche ! Et croyez-moi, si tous les catholiques prennent au sérieux tout ce que dit cette formidable encyclique Laudato Si’[5], il ne s’agira plus d’un événement, mais bien d’une révolution. Pour l’Eglise, et pour le monde. Et franchement, j’espère être là pour voir ça !

[1] Avec quelques autres, j’avais lancé dans La Croix un appel en ce sens juste avant la sortie de Laudato Si’: https://www.la-croix.com/Religion/Actualite/OPINION-Nous-chretiens-desinvestissons-les-energies-fossiles-!-2015-06-16-1324069
[2] Et la conversion écologique d’une paroisse dépasse les enjeux financiers : https://www.egliseverte.org/le-label-eglise-verte/
[3] à un autre niveau, la campagne « Zéro fossile » demande au Vatican de désinvestir : https://france.zerofossile.org/il-est-temps-que-le-vatican-desinvestisse/
[4] https://www.doctrine-sociale-catholique.fr/les-textes-officiels/211-laud...
[5] A ceux qui n’ont pas encore lu ce texte, je dis : vous avez de la chance ! Quel moment extraordinaire vous attend ! Vous le trouvez facilement en ligne : https://www.doctrine-sociale-catholique.fr/les-textes-officiels/211-laud...

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 07h55

Chaque lundi, dans la Matinale RCF, retrouvez l'édito de Jean Merckaert, rédacteur en chef de la revue Projet, éditée par le Ceras.