"Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne.." (Mt 19, 16-22)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Prière du matin

lundi 19 août à 5h45

Durée émission : 5 min

"Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne.." (Mt 19, 16-22)

© alexandra seinet

"Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux"

Méditation de l'évangile (Mt 19, 16-22) par le père Sébastien Antoni

Chant final: "Les pauvres mangeront à la table du Seigneur" par l'ensemble vocal CINQ MARS

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
    voici que quelqu’un s’approcha de Jésus et lui dit :
« Maître, que dois-je faire de bon
pour avoir la vie éternelle ? »
    Jésus lui dit :
« Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ?
Celui qui est bon, c’est Dieu, et lui seul !
Si tu veux entrer dans la vie,
observe les commandements. »
    Il lui dit :
« Lesquels ? »
Jésus reprit :
« Tu ne commettras pas de meurtre.
Tu ne commettras pas d’adultère.
Tu ne commettras pas de vol.
Tu ne porteras pas de faux témoignage.
    Honore ton père et ta mère.
Et aussi :
Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »
    Le jeune homme lui dit :
« Tout cela, je l’ai observé :
que me manque-t-il encore ?
    Jésus lui répondit :
« Si tu veux être parfait,
va, vends ce que tu possèdes,
donne-le aux pauvres,
et tu auras un trésor dans les cieux.
Puis viens, suis-moi. »

    À ces mots, le jeune homme s’en alla tout triste,
car il avait de grands biens.

Source : AELF
 

Méditation Père Sébastien Antoni

Il y a un péché dans l’Église ! Celui de vouloir des vocations ! Ou plutôt de vouloir mal des vocations… d’en vouloir beaucoup, et si possible des saintes… d’en vouloir, d’en exiger… jusqu’à les forcer ! Eh bien ce désir n’est pas évangélique ! Regardons l’histoire récente de l’Église, en proie aux abus de gouvernance et d’influence notamment sur les vocations… tant d’instituts dits florissants en nombre ont fait autant de dégâts… en nombre… Avec ce passage du jeune homme de l’Évangile, Jésus donne la règle d’or à tous ceux à qui il appartient d’accompagner le désir d’un candidat à suivre le Christ. Jésus ne contrôle pas le jeune homme ! Si Jésus laisse le jeune partir loin et triste ce n’est pas parce qu’il n’est pas digne, pas aimé, pas capable, pas déterminé au royaume, ce n’est pas non plus un loupé de Jésus ; il lui ouvre enfin un chemin où il va pouvoir expérimenter le manque… « Que lui manque-t-il ? » est la question centrale de ce passage de l’Évangile… Le jeune homme va devoir expérimenter le manque… comme une issue ! Il va devoir emprunter le chemin du manque. Chemin de tristesse parfois à emprunter pour justement la traverser… chemin du fils prodigue qui part avec tous ses biens, chemin de tristesse mais aussi chemin d’intériorité, chemin ou le jeune apprend à devenir adulte… chemin qui le ramènera sans doute comme le fils vers le Père vers Jésus qui justement ici se montre comme le père de la Parabole, étonnamment libre et patient. Tel père tel fils… L’Évangile ne parle pas de son éventuelle ou possible retour… car l’Évangile est trop respectueux justement de notre itinéraire. D’une certaine façon Jésus ne le laisse pas partir sans avenir… mais il lui ouvre mystérieusement un chemin d’un possible retour vers lui désencombré des seules bonnes conduites morales que le jeune homme pratique depuis son enfance mais qui ne lui servent à rien et dont Dieu n’a que faire ! Dans ce passage Jésus se montre pauvre, pauvre de ne pas emprisonner le jeune dans ses vues, il refuse de le maîtriser ou de lui imposer quoi que ce soir. C’est cette pauvreté qui va désarmer le jeune homme… et lui faire emprunter une nouvelle voie… celle de la liberté.
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF