Suicides d’agriculteurs: "c’est le système qui a tué mon mari"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

jeudi 19 septembre à 8h10

Durée émission : 15 min

Suicides d’agriculteurs: "c’est le système qui a tué mon mari"

© RCF

La semaine prochaine sortira au cinéma le film "Au nom de la terre", porté par Guillaume Canet. Un film qui se termine par ce carton: "un agriculteur se suicide tous les jours".

 

"Il est encore très présent"

Camille Beaurin connait bien ce monde. Elle une ancienne conjointe collaboratrice de son mari, agriculteur. Ensemble, ils élevaient des porcs, faisaient pousser des céréales. Une vie simple et dévouée à leur ferme, loin du bruit de la ville et de ses turpitudes. Mais une vie difficile, trop difficile. Alors qu’elle n’a que 24 ans, son époux se suicide. Après une première tentative, il met fin à ses jours.

C’est cette histoire qui raconte Camille Beaurin dans son livre "Tu m’as laissé en vie" (éd. du Cherche-Midi). Un livre publié alors que d’ici quelques jours, cela fera deux ans que son époux s’est donné la mort. "Aujourd’hui, je vais du mieux possible. Ce n’est pas simple tous les jours. Il est encore très présent. C’est compliqué de parler de son histoire personnelle dans les médias, mais il faut le faire pour lui" explique-t-elle.
 

"Les chiffres sont faussés"

Le livre s’intitule de la sorte car trois jours après le suicide du mari de Camille Beaurin, un autre agriculteur de la région se donne aussi la mort. Mais dans son geste, celui-ci emporte également sa femme, et ses enfants. "Mon mari a voulu partir tout seul. Il m’a laissé cette chance-là de vivre, et il faut continuer de vivre. Au début je ne voulais pas témoigner, j’étais dans un trou noir. Mais au fil du temps, les suicides continuent, et on se dit qu’on ne peut pas laisser cela comme ça" ajoute-t-elle.

La Mutuelle sociale agricole affirme qu’un agriculteur se suicide tous les deux jours. Le film où joue Guillaume Canet évoque un suicide par jour. Derrière ces chiffres froids, se cache une réalité bien tangible. "Un agriculteur qui se suicide sur son exploitation est considéré comme un accidenté du travail. Pas s’il se suicide chez lui. Les chiffres sont faussés" précise Camille Beaurin, en colère.
 

"Il n'y a plus de vie privée"

Dans son livre, Camille Beaurin revient sur son quotidien à la ferme. Une exploitation familiale, de 50 hectares, en polyculture élevage. Un travail exigeant, et fatiguant, du lundi au dimanche. "En dix ans de vie commune, nous nous sommes accordés un week-end à Paris. C’est zéro vacance, et quand cela ne va pas, cela prend le dessus sur la vie privée. Et ensuite, il n’y a plus de vie privée" lance-t-elle, précisant ne pas avoir aimé tout de suite la vie à la ferme, venant d’un environnement plus urbain.

Pour elle, son mari a fait une sorte de burn-out. "Cela commence par la dépression, puis le burn-out arrive. Il faut le comprendre. C’est compliqué dans leurs têtes. Pour eux, tout va mal, mais ils ne le disent pas. Malgré les séances chez le psy" explique Camille Beaurin. Aujourd’hui, elle a toujours du mal à dire qu’elle est veuve, que son mari s’est suicidé. "C’est le système qui a tué mon mari".

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.