"Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit..." (Jn 2, 1-11)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Prière du matin

dimanche 20 janvier à 5h45

Durée émission : 5 min

"Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit..." (Jn 2, 1-11)

© benny jackson unsplash

"Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée"

Méditation de l'Evangile (Jn 2, 1-11) par le père Nicolas de Boccard

Chant final : "Serviteurs dans la foi", par communauté du Chemin Neuf

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

    En ce temps-là,
    il y eut un mariage à Cana de Galilée.
La mère de Jésus était là.
    Jésus aussi avait été invité au mariage
avec ses disciples.
    Or, on manqua de vin.
La mère de Jésus lui dit :
« Ils n’ont pas de vin. »
    Jésus lui répond :
« Femme, que me veux-tu ?
Mon heure n’est pas encore venue. »
    Sa mère dit à ceux qui servaient :
« Tout ce qu’il vous dira, faites-le. »
    Or, il y avait là six jarres de pierre
pour les purifications rituelles des Juifs ;
chacune contenait deux à trois mesures,
(c’est-à-dire environ cent litres).
    Jésus dit à ceux qui servaient :
« Remplissez d’eau les jarres. »
Et ils les remplirent jusqu’au bord.
    Il leur dit :
« Maintenant, puisez,
et portez-en au maître du repas. »
Ils lui en portèrent.
    Et celui-ci goûta l’eau changée en vin.
Il ne savait pas d’où venait ce vin,
mais ceux qui servaient le savaient bien,
eux qui avaient puisé l’eau.
Alors le maître du repas appelle le marié
    et lui dit :
« Tout le monde sert le bon vin en premier
et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon.
Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »

    Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit.
C’était à Cana de Galilée.
Il manifesta sa gloire,
et ses disciples crurent en lui.

Source : AELF
 

Méditation Père Nicolas de Boccard

Curieusement il faut commencer cet évangile par la phrase finale : «  Il manifesta sa gloire et, ses disciples crurent en lui ». Jésus a inauguré son règne par une fête : un mariage, ce fut le « commencement des signes que Jésus accomplit » nous dit l’Ecriture. C’est un évènement solennel et au cours de cette fête joyeuse il transforme l’eau, dont les jarres furent remplies à sa demande, en vin.

Au-delà de la quantité phénoménale de vin que cela a représenté pour une noce villageoise, les Pères de l’Église, en particulier saint Thomas d’Aquin, a vu dans ce miracle le passage des noces humaines, de l’amour humain, aux noces spirituelles, l’amour divin. L’eau changée en vin, c’est la transformation, par la grâce, de ce qui est matériel au surnaturel. C’est le début du Royaume. Pour le Christ, l’homme devient capable de Dieu et d’être transformé par sa grâce. Ce sont les épousailles du Christ avec chacun d’entre nous.

Au passage, nous ne pouvons taire le rôle de Marie dans ce miracle. Elle anticipe, elle provoque : « Ils n’ont plus de vin » et Jésus, bien que « son heure ne soit pas encore venue » lui répond-il, acquiescera à la demande de sa mère ; ce qui fera dire à saint Thomas d’Aquin : « aux noces spirituelles, Marie est toujours présente :  « tout ce qu’il vous dira, faites-le ». Notre appel à la vie divine se fait par le Christ mais Marie est toujours là. Elle intercède auprès du Christ lors de notre enfantement comme fils et fille de Dieu.

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF