Tests de dépistage: qui en bénéficiera et comment?

Présentée par PR-21204

S'abonner à l'émission

Le dossier du jour

mardi 26 mai à 7h12

Durée émission : 7 min

Le dossier du jour

© AFP

Une vingtaine de tests sérologiques du Covid-19 ont été validés par le Centre national de référence de l’institut Pasteur alors que leur fiabilité était jusque-là mise en cause.

Le Centre national de référence de l’Institut Pasteur a publié une première liste de 23 tests sérologiques considérés comme fiables et qui seront remboursés par la sécurité sociale. Un arrêté en ce sens doit être publié dans les prochaines heures au Journal officiel, permettant aux médecins de prescrire ces tests à leurs patients.  De quel type de tests s’agit-il ? Qui peut en bénéficier ? Et dans quel but ?
 
Ces tests sérologiques visent à détecter les anticorps dans le sang d'un patient et donc à déterminer s'il a déjà contracté le virus. Dans cette liste homologuée, on retrouve trois catégories de tests : les tests  automatisés ELISA, les Tests de diagnostic rapide (TDR) et les TROD ( tests rapides d’orientation diagnostique). 

"Les tests de type ELISA sont réalisés sur une prise de sang dans les laboratoires de biologie médicale. Ces tests peuvent vous renseigner sur la présence ou nons d’anticorps dirigés contre le virus mais aussi sur la quantité d’anticorps présents. Les tests rapides peuvent être réalisés au sein d’un laboratoire de biologie médicale par un prélévement sanguin ou une piqure au bout du doigt. Les TROD, eux, ne sont pas quantitatifs, mais juste qualitatifs et vont juste vous dire si oui ou non vous avez des anticorps", explique le Dr Cédric Carbonneil, immunologue et chef du service d’évaluation des actes professionnels à la Haute Autorité de santé.

Des tests sur prescription médicale

La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande les tests automatisés ELISA et TDR sur prescription médicale pour confirmer un diagnostic de Covid-19, mais aussi pour conduire des études épidémiologiques, ou encore pour tester les personnels, même asymptomatiques, dans des institutions médico-sociales ou travaillant dans des milieux confinés , tels que les Ehpad, les  internats ou encore un porte-avions.  
L’utilisation des TROD (tests rapides d’orientation diagnostique) est quant à elle plus restreinte. La HAS recommande de les utiliser pour les études épidémiologiques, les malades suspectés d'être atteints mais éloignés des laboratoires de biologie ou encore les personnels de certaines institutions d'accueil.
 

Biosynex croule sous les demandes

Spécialisée dans les tests médicaux rapides, l’entreprise strasbourgeoise Biosynex a mis au point un test de diagnostic rapide. À partir d'une simple goutte de sang, celui-ci est capable de déterminer en une dizaine de minutes la présence d'anticorps spécifiques au nouveau coronavirus Covid-19. Oren Bitton, le directeur commercial de Biosynex : "le test ne nécessite aucun appareil de lecture ou d’interprétation. Aujourd’hui le test est commercialisé pour les laboratoires de biologie privé ou à l’hôpital."
 
Un million de tests ont déjà été commandés à Byosinex. Et son carnet de commande pourrait encore grossir car l’entreprise compte  vendre la version TROD de son test aux pharmaciens, dès qu’ils auront l’autorisation de les commercialiser. La HAS y est favorable. 
 

Les pharmaciens bientôt en première ligne

 Les tests d’orientation diagnostique sont en effet réalisables par plusieurs professionnels de santé (médecins, sages-femmes, infirmier(e) et pharmaciens). Une nouvelle qui réjouit Gilles Bonnefond, président de l'Union de syndicats de pharmaciens d'officine : "La loi ne nous permet pas aujourd’hui d’en faire encore. Il nous faut un décret et un arrêté d’application qui vont permettre de faire ce TROD à l’officine. C’est une bonne nouvelle. Ces tests ont été contrôlés, sont fiables, et efficaces. Mais il faut que cette information pour chaque individu soit utile pour la société. C’est pour cela que les tests doivent se faire en cabinet médical, en officine ou par des infirmiers et que cette information remonte sur une base de données pour mesurer l’immunité collective de la population".

Les biologistes défavorables

Si la possibilité de réaliser des TROD satisfait les pharmaciens, les laboratoires y sont eux défavorables. François Blanchecotte, biologiste à Joué-lès-Tours, et président du Syndicat national des biologistes, explique : "On les déconseille car ces tests sérologiques sont d’interprétation difficile. Ils sont là pour boucher les trous dans la raquette quand les tests virologiques sont pris en défaut".

Les autotests : trop tôt !

Les autotests qui permettent avec une simple piqûre au bout du doigt de savoir rapidement si l'on a fabriqué des anticorps contre le coronavirus. sont "aujourd'hui difficiles à interpréter" et leurs "performances  inégales" selon la Haute autorité de santé qui jugent leur utilisation prématurée.
 
 

Invités

  • Dr Cédric Carbonneil, immunologue et chef du service d’évaluation des actes professionnels à la Haute Autorité de santé.

  • Oren Bitton, directeur commercial de Biosynex

  • Gilles Bonnefond, président de l'Union de syndicats de pharmaciens d'officine

  • François Blanchecotte, président du Syndicat national des biologistes

Les dernières émissions