Thomas Piketty: "je défends la possibilité d'une économie juste"

Présentée par PR-15085

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mercredi 2 octobre 2019 à 8h10

Durée émission : 12 min

Thomas Piketty: "je défends la possibilité d'une économie juste"

© RCF

​Les inégalités sociales et économiques en France et dans le monde ne sont pas une fatalité, explique Thomas Piketty.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

 

Croiser les approches économiques, politiques et sociologiques

L’économiste et universitaire bien connu vient de récidiver. Après avoir publié "Le Capital" en 2013, vendu à 2,5 millions d’exemplaires, Thomas Piketty publie "Capital et idéologie" aux éditions du Seuil. Une sorte de prolongation en 1.200 pages de la réflexion de l’économiste sur les inégalités. Un livre long mais accessible. "Ce sont des livres très lisibles. Il n’y a besoin d’aucun bagage d’aucune sorte, cela se lit comme une histoire. Pour moi l’histoire des inégalités, c’est l’histoire de la quête de la justice, dans laquelle les religions jouent un rôle important" explique Thomas Piketty sur RCF.

En économie, ajoute l’universitaire, on peut et on doit tirer des leçons de l’histoire. "Je me vois plus comme un chercheur en sciences sociales que comme un économiste. On ne peut pas étudier les questions économiques sans les remettre dans leur contexte social et historique. L’histoire que je raconte dans mon livre a des déterminants idéologiques, politiques et culturels. On a besoin de croiser les approches" lance-t-il, précisant qu’il n’y a rien de technique dans son ouvrage, toujours avec cette volonté de vulgariser et de démystifier l’économie.
 

Une réduction limitée des inégalités

"Je défends la possibilité d’une économie juste. Si on analyse l’histoire, au XXème siècle, ce qui a permis le progrès, la prospérité et le développement économique et social, c’est la réduction des inégalités. Ce mouvement s’est interrompu dans les années 80-90 avec une nouvelle aggravation des inégalités entre le milieu et le haut, malgré une réduction des inégalités entre le bas et le milieu" analyse encore Thomas Piketty.

Cette aggravation des inégalités concerne surtout l’Occident. "La chute du communisme a entraîné une désillusion qui est allée trop loin. Cela a tiré le monde vers l’hypercapitalisme. Mais cela n’a pas marché. […] En France, les 50% les plus pauvres possèdent à peine 6% de la propriété totale. La réduction des inégalités est une réalité, mais elle est restée limitée" explique Thomas Piketty.

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Simon Marty reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.