"Ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?" (Mt 20, 1-16)

Présentée par UA-136955

S'abonner à l'émission

Prière du matin

dimanche 20 septembre à 5h45

Durée émission : 5 min

"Ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?" (Mt 20, 1-16)

© benny-jackson-UNSPLASH

"Ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?"

Méditation de l'évangile (Mt 20, 1-16) par le père Nicolas de Boccard

Chnat final: "Amazing grace" par Hillsongs

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait cette parabole à ses disciples :
    « Le royaume des Cieux est comparable
au maître d’un domaine qui sortit dès le matin
afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne.
    Il se mit d’accord avec eux sur le salaire de la journée :
un denier, c’est-à-dire une pièce d’argent,
et il les envoya à sa vigne.
    Sorti vers neuf heures,
il en vit d’autres qui étaient là, sur la place, sans rien faire.
    Et à ceux-là, il dit :
‘Allez à ma vigne, vous aussi,
et je vous donnerai ce qui est juste.’
    Ils y allèrent.
Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures,
et fit de même.
    Vers cinq heures, il sortit encore,
en trouva d’autres qui étaient là et leur dit :
‘Pourquoi êtes-vous restés là,
toute la journée, sans rien faire ?’
    Ils lui répondirent :
‘Parce que personne ne nous a embauchés.’
Il leur dit :
‘Allez à ma vigne, vous aussi.’
    Le soir venu,
le maître de la vigne dit à son intendant :
‘Appelle les ouvriers et distribue le salaire,
en commençant par les derniers
pour finir par les premiers.’
    Ceux qui avaient commencé à cinq heures s’avancèrent
et reçurent chacun une pièce d’un denier.
    Quand vint le tour des premiers,
ils pensaient recevoir davantage,
mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d’un denier.
    En la recevant,
ils récriminaient contre le maître du domaine :
    ‘Ceux-là, les derniers venus, n’ont fait qu’une heure,
et tu les traites à l’égal de nous,
qui avons enduré le poids du jour et la chaleur !’
    Mais le maître répondit à l’un d’entre eux :
‘Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi.
N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ?
    Prends ce qui te revient, et va-t’en.
Je veux donner au dernier venu autant qu’à toi :
    n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens ?
Ou alors ton regard est-il mauvais
parce que moi, je suis bon ?’
    C’est ainsi que les derniers seront premiers,
et les premiers seront derniers. »
 
Source : AELF

Méditation Père  Nicolas de Boccard

La grâce est un don de Dieu, ce n’est jamais un dû, ou une récompense en fonction de nos mérites. C’est une grâce à accueillir, comme un cadeau !
Nous sommes dans un monde mercantile, où tout s’achète et se vend. Un monde de compétition dans lequel la gratuité est suspecte. Que l’on pense au don même de la vie, dont on aimerait être propriétaire et décider pour soi et pour les autres qui en a le droit.
L’évangile de ce jour fait mémoire de la révolte des ouvriers de la première heure face à ceux de la 11ème heure. Ils ont moins travaillé qu’eux et pourtant ils reçoivent le même salaire… Au point de vue de la justice, c’est impensable, c’est même scandaleux. Essayez de plaider une application stricte de cet évangile à des salariés !
Mais au point de vue de l’amour et du don, c’est parfaitement compréhensible. Quel est ce bien convenu, le paradis, la vie éternelle, Dieu lui-même… ? Ce qui est certain c’est que ce don est le fruit de l’amour et l’amour  est infini et inconditionnel, il n’y a pas en lui de plus ou du moins. En particulier l’Amour de Dieu, Il se donne en totalité à chacun afin que nous vivions sans cesse de Lui, ici sur terre puis au ciel pour l’éternité. Sa patience est infinie et Il prend le temps de nous inviter à le recevoir sans cesse, jusqu’à la dernière seconde de notre vie, jusqu’au moment où le choix est encore possible.
Cet évangile nous interpelle, aussi sur le regard que nous posons les uns sur les autres : est-ce la joie et l’action de grâces devant le don fait à l’autre, sa réussite ou sa santé – ou au contraire la comparaison et la jalousie.
La sagesse conseille de se contenter de ce que l’on a – des dons reçus, et de les mettre au service les uns des autres, puisque nous avons tout reçu en Jésus-Christ ; « ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon » interpelle le Christ. Soyons miséricordieux et bienveillant envers notre prochain, puisque Dieu l’est avec nous. Il nous donne tout en se donnant Lui-même dès que l’on se tourne vers Lui.
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF