Trafic

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un mot, un jour

lundi 9 décembre 2019 à 8h55

Durée émission : 4 min

Un mot, un jour

Problème de trafic : mais de quel trafic parle-t-on, celui que l'on fait ou celui que l'on subit ?

« Trafic perturbé » entend-on régulièrement en ce moment sur les ondes. Pour le moins en effet, avec des kilomètres de bouchons. Mais si je dis : « qu’est-ce que c’est que ce trafic ? ça a l’air louche », voilà que le mot prend une toute autre valeur. D’évidence, c’est un mot qui mérite d’être interrogé… On rêve tous d'un "trafic fluide", mais dès que l'on utilise le verbe "trafiquer", ce n'est jamais bon signe ... c'est un mot à deux faces finalement. 

Au point que dans quelques dictionnaires comme le Trésor de la langue française, il fait l’objet de deux entrées distinctes, la première consacrée au commerce des marchandises et à des activités, je cite « compliquées et plus ou moins répréhensibles, généralement mystérieuses », et la seconde entrée, en tout premier au chemin de fer et au mouvement général des trains, mais aussi à la circulation des automobiles, des avions et des bateaux.

Pourtant, ces deux articles consacrés au mot « trafic » attesté en 1339 en français sont bien de même origine. Il vient assurément de l’italien traffico, avec deux f, mot italien qu’on atteste vers 1300 avec pour signification le commerce, en partant du verbe italien trafficare, commercer. Mais si on cherche à remonter plus loin dans le temps : origine incertaine disent les dictionnaires.

Quelques-uns suggèrent le verbe latin transfingere, transformer, d’autres lui donnent une origine napolitaine, trafecare, transvaser le vin des barils aux flasques, mais on ne dispose pas d’une racine latine. Quoi qu’il en soit, ces deux origines supposées relèvent d’une transformation. Quant au second sens, celui propre aux véhicules, il est passé par l’anglais et tout d’abord les chemins de fer où il désignait le transport des marchandises par opposition au transport des voyageurs.

Et ce sens est apparu en 1872 en français, alors qu’il désignait déjà la circulation dès 1825 en anglais. En 1903, on a parlé du trafic postal, et en 1908, le début de nos misères avec l’intensité du trafic. Et il faut attendre 1950 pour disposer de définitions de mots croisés.

Très simple : « Effet de commerce » ou « Marché couvert ». Et puis « on l’aime fluide ». Mais pour l’heure, le seul train qui marche bien c’est le train onze, vous savez ce qui en français d’Afrique désigne nos deux jambes, comme les deux 1. Plus de train, bon il reste le train 11…  
 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h55

Jean Pruvost, lexicologue passionné et passionnant vous entraîne chaque matin dans l'histoire mouvementée d'un simple mot !  

Le présentateur

Jean Pruvost

Chroniqueur de langue à RCF depuis 2011, Jean  choisit chaque jour un mot de l’actualité, pour l’intense plaisir d’en partager la saveur, en ouvrant les dictionnaires de sa bibliothèque qui en compte dix mille… Explorer ensemble les mots, c’est construire des harmonies. Jean aime aussi marier les mots et les notes sur sa guitare.