Trois questions à Nina Walch sur la situation humanitaire en Syrie

Présentée par , ,

S'abonner à l'émission

3 questions à

lundi 19 mars 2018 à 6h41

Durée émission : 4 min

Trois questions à Nina Walch sur la situation humanitaire en Syrie

© 2018 Wikipédia - Guerre syrienne

Nina Walch, chargée de campagne conflits armés pour Amnesty France, fait le point sur les conséquences du conflit syrien sur la population.

Sept ans de guerre, 350 000 morts, 6 millions de déplacés et autant de réfugiés : le conflit syrien est un désastre humanitaire. 

Quel regard portez-vous sur ce triste anniversaire?

"C'est un regard triste, un regard de colère. Depuis sept ans, la communauté internationale a été incapable de prendre des mesures pour protéger la population syrienne. On le voit encore aujourd'hui avec la Ghouta orientale, c'est un schéma qui se répète : siège, bombardements, déplacements forcés de populations... Cette inaction internationale a permis à tous les participants au conflit, surtout le gouvernement syrien, de commettre des crimes de guerre, des crimes contre l'Humanité, en toute impunité".

Où en est-on des droits humains en Syrie?

"Amnesty documente la situation sur place, avec plus de quarante rapports depuis 2011, sur les différents crimes commis en Syrie. Par exemple, on recense les disparitions forcées : plus de 75 000 personnes ont été arrêtées par les forces de sécurité du gouvernement, détenues dans des centres non-officiels... les civils également, ciblés par l'armée syrienne qui utilise des armes interdites comme les bombes à sous-munitions, des bombes barils. L'Etat islamique ou des groupes armés non-étatiques font usage de tirs d'artillerie aveugle. Les forces de la coalition internationale, menées par les Etats-Unis, ont provoqué la mort de centaines de civils à Raqqa dans leur lutte contre l'Etat islamique."

Ce dimanche, vous manifestiez à Paris en soutien au peuple syrien. En quoi est-ce important?

"On ne lâchera pas cette affaire, il faut le faire savoir au gouvernement. Il faut arrêter les bombardements, lever le siège. La diaspora syrienne à Paris doit savoir que la situation de leur pays n'est pas oubliée. Cela doit indigner les gens. J'aimerais voir une véritable indignation citoyenne pour la Ghouta orientale comme pour Alep, fin décembre", conclut-elle.
 

Invités

  • Nina Walch, Chargée de campagne conflits armés pour Amnesty France

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 7h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Les présentateurs

Pauline de Torsiac

Florence Gault

Journaliste à RCF depuis 2005, Florence a d’abord travaillé à RCF Méditerranée, à Toulon pendant six ans, avant de rejoindre la rédaction nationale. Globe-trotter dans l’âme, elle aime partir à la rencontre de l’autre. Ce qu’elle préfère à la radio: jouer avec les sons pour vous raconter des tas d’histoires!

Christian Vadon

Journaliste à RCF depuis près de 25 ans, Christian a touché à tout: présentateur de journaux, auteur de reportages, réalisateur d’émissions, il a même commis des magazines pour les enfants et pour les femmes ! Humble coureur de trail, il aime développer sur la durée sa passion d’une information qui fasse sens, d’où sa longévité à RCF.