Trois questions à Philippe Bastide

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

vendredi 12 janvier à 6h41

Durée émission : 4 min

Trois questions à Philippe Bastide

​C’est une mauvaise nouvelle pour tous les gourmands. Le chocolat pourrait bien disparaître d’ici 2050. En cause, le réchauffement climatique.

C’est le résultat d’une étude de l’agence américaine d’observation océanique et atmosphérique. Le réchauffement climatique pourrait ainsi causer la perte et la disparition de la plante de cacao à partir de laquelle le chocolat est fabriqué.

D’ici 2050, la température devrait augmenter de deux degrés sur l’ensemble de la planète. Des conditions climatiques inadaptées pour assurer la survie des plants de cacao. Cela veut-il dire que si nous n’arrivons pas à mettre en œuvre l’accord de Paris sur le climat, nous n’aurons plus de cacao ni de chocolat ?

"Le réchauffement climatique aura un impact sur le cacao. 75 % du cacao vient de la zone africaine où ils ne sont pas du tout préparés au changement climatique. Le cacao est une plante qui vient de la forêt équatoriale et notamment de la forêt amazonienne. C’est une plante qui aime l’eau, qui aime l’ombre et le changement climatique a deux impacts majeurs : un accroissement de la durée de la saison sèche et une intensification des pluies. Le problème du cacao, c’est la gestion de l’eau. Le cacao ne peut pas résister à la sécheresse et l’abondance d’eau peut amener une recrudescence des maladies qui attaquent les fruits" explique ​Philippe Bastide, expert en cacao au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD).

Pour s’adapter à cette pénurie tant redoutée, certains producteurs n’hésitent pas à investir dès à présent dans la technologie de modification génétique. Est-ce une option envisageable, réaliste et durable à long terme ?

"On ne peut pas lancer le débat des OGM avec le cacao parce qu’on est très loin de la mise au point d’une plante transformée génétiquement. Il faut savoir qu’un arbre nécessite, si on change ses gènes, qu’ils soient adaptés aux différentes phases de la vie. Il faut en être sûr. C’est un vrai défi de transformer un arbre. Aujourd’hui il ne me semble pas réaliste d’envisager cette solution à horizon 2050" ajoute ce spécialiste du cacao.

Quelles sont les autres solutions autour de la table ?

"Les autres options sont de revenir un petit peu sur l’étude du patrimoine génétique de cette plante que l’on connaît très peu. Il faudrait revenir à la source du cacaoyer pour savoir si elle est plus résistance et la maladie. On découvre chaque années plusieurs nouveaux cacaoyers" conclut-il. 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h41 et 07h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Florence Gault

Journaliste à RCF depuis 2005, Florence a d’abord travaillé à RCF Méditerranée, à Toulon pendant six ans, avant de rejoindre la rédaction nationale. Globe-trotter dans l’âme, elle aime partir à la rencontre de l’autre. Ce qu’elle préfère à la radio: jouer avec les sons pour vous raconter des tas d’histoires!