"Tu es le Christ… Il fallait que le Fils de l’homme souffre ..." (Mc 8, 27-35)

S'abonner à l'émission

Prière du matin

dimanche 16 septembre à 5h45

Durée émission : 5 min

"Tu es le Christ… Il fallait que le Fils de l’homme souffre ..." (Mc 8, 27-35)

© benny jackson unsplash

"Tu es le Christ… Il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup"

Méditation de l'Evangile (Mc 8, 27-35) par le Pasteur Jean-Pierre Sternberger

Chant final : "Hymne au Fils unique" par l'ENSEMBLE ORTHODOXE

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, 
vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. 
Chemin faisant, il interrogeait ses disciples : 
« Au dire des gens, qui suis-je ? » 
    Ils lui répondirent : 
« Jean le Baptiste ; 
pour d’autres, Élie ; 
pour d’autres, un des prophètes. »    

Et lui les interrogeait : 
« Et vous, que dites-vous ? 
Pour vous, qui suis-je ? »
Pierre, prenant la parole, lui dit : 
« Tu es le Christ. » 
    Alors, il leur défendit vivement 
de parler de lui à personne.

    Il commença à leur enseigner 
qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, 
qu’il soit rejeté par les anciens,
les grands prêtres et les scribes, 
qu’il soit tué, 
et que, trois jours après, il ressuscite. 
    Jésus disait cette parole ouvertement.
Pierre, le prenant à part, 
se mit à lui faire de vifs reproches. 
    Mais Jésus se retourna 
et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : 
« Passe derrière moi, Satan ! 
Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, 
mais celles des hommes. »
    Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : 
« Si quelqu’un veut marcher à ma suite, 
qu’il renonce à lui-même, 
qu’il prenne sa croix 
et qu’il me suive. 
    Car celui qui veut sauver sa vie 
la perdra ; 
mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile 
la sauvera.

Source : AELF
 

Méditation Pasteur Jean-Pierre Sternberger

Nous sommes au cœur battant de l'évangile de Marc, au moment où, écrit l'évangéliste, Jésus commença à leur enseigner qu'il fallait que le Fils de l'homme souffre beaucoup… Il fallait.   
Pourquoi fallait-il que Jésus souffre et qu'il souffre beaucoup, qu'il souffre la croix ? Pourquoi faut-il qu'ils souffrent ceux qu'on aime et même ceux qu'on n'aime pas. À toute réponse à ces questions, on peut ajouter un pourquoi, un pourquoi et un pour quoi, un pourquoi et un en vue de quoi ?
Peut-on donner une raison à la souffrance sans donner raison à ceux qui infligent la souffrance ? Peut-on répondre à la question de la mort de Jésus sans en justifier le crime ?  Mais pourquoi Jésus enseigne-t-il qu'il fallait que le Fils de l'homme, l'être humain, souffre et meurt sur la croix ? Qu'avait-il à accomplir ? La parole des prophètes ? La volonté divine ? Qu'avait-il à prouver et qu'est-ce que ça prouverait ?
Alors on peut comprendre pourquoi Pierre devient ici un Satan, littéralement en hébreu, celui qui fait barrage, pour empêcher que Jésus monte vers la croix. Mais comme Pierre, nous nous mettons en marche à la suite de Jésus tout en nous demandant pourquoi faut-il qu'il y aille ?
Libre est le Christ Jésus qui prend cette route. Libre jusqu'à donner sa vie.
Alors même sans tout comprendre, je marcherai Seigneur derrière toi comme suivent les disciples et je dirai Enseigne-nous le don. Amen
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Evangile du jour, commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.