Un havre de paix

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Cinéma

mercredi 12 juin à 8h52

Durée émission : 3 min

La chronique Cinéma

Focus sur "Un havre de paix", un film israélien que l'on doit à Yona Rozenkier.

C’est un joli premier film d’un jeune réalisateur israélien, l’histoire de trois frères qui se retrouvent pour enterrer leur père, dans le Kibboutz de leur enfance. Il commence par un plan large, où on voit un bus rouler dans une plaine, avec des fumées de tirs de roquettes au loin. Et c’est ce que rend très bien le film : ces combats qu’on ne voit jamais mais qui sont toujours là hors champ ou en arrière-plan. Car pour ces hommes de la deuxième génération, Israël, c’est un pays qui n’a jamais cessé d’être en guerre.
 

ET LES TROIS FRERES DANS LE FILM, C’EST ITAÏ, YOAV ET AVISHAÏ, DONT LE DERNIER DOIT PARTIR FAIRE SON SERVICE MILITAIRE A LA FRONTIERE LIBANAISE

Oui et il espère le conseil de ses aînés ! Il est partagé entre son devoir de servir son pays, comme ses frères l’ont fait, et sa peur de mourir au combat. Itaï, l’ainé, est un militariste convaincu, comme leur père et il veut l’entrainer à tout prix. Le cadet, Yoav, a été un gradé mais il a quitté l’armée, il souffre de symptômes post-traumatiques et il voudrait empêcher Avishaï de partir. A travers cette fratrie, le réalisateur critique surtout ce qu’il appelle "l’injonction de masculinité" du père, relayée par l’ainé, et qu’il juge toxique.

ALORS CE « HAVRE DE PAIX » QUI DONNE SON TITRE AU FILM, C’EST DONC LE KIBBOUTZ ?

Oui le Kibboutz, c’est effectivement un lieu poétique, hors du temps, où ils ont grandi dans une totale liberté. Mais où il ne reste aujourd’hui que des anciens et quelques animaux de ferme. C’est à la fois le refuge de leur enfance, teintée de nostalgie, et en même temps un lieu d’enfermement d’où ils ont du mal à partir.
 

LE FILM POSE DONC LA QUESTION DE LA LIBERTE DES JEUNES EN ISRAEL AUJOURD’HUI ?

Oui Yona Rozenkier a fait le choix, lui, du cinéma dans lequel il croit pour faire évoluer la société israélienne. Mais il avoue une certaine culpabilité dont ce film l’a aidé à sortir. En jouant dans son film avec ses deux propres frères, qui eux sont réservistes, ils ont voulu ensemble questionner l’avenir d’un pays où l’on ne pourrait devenir un homme qu’en perpétuant la guerre !
 

ET EN MEME TEMPS ILS Y METTENT UNE DOSE D’HUMOUR ET DE BURLESQUE 

Oui c’est une manière de mieux nous toucher et de pouvoir aborder les sujets les plus douloureux, comme la mort d’un jeune soldat. C’est aussi montrer le coté absurde de cette transmission forcée, de ce père qui continue même mort à imposer sa volonté à ses fils. Et le film se termine dans une belle symbolique de l’eau, à la fois lieu de renaissance pour Yoav, et source intarissable de vie, que la volonté seule d’Itaï ne parviendra pas à arrêter de couler.

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 8h52

Le mercredi c'est le jour où sortent les nouveaux films au cinéma. C'est aussi le jour où écouter la chronique Cinéma de Valérie de Marnhac !

Le présentateur

Valérie de Marnhac

Valérie de Marnhac est membre de l'association SIGNIS, pour qui elle anime des ciné-débats, et a participé aux Jurys œcuméniques des Festivals de Cannes, Fribourg, Téhéran... Elle est également conférencière pour le l’association venez et voyez www.venezetvoyez.fr