"Un prophète n’est méprisé que dans son pays" (Mc 6, 1-6)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Prière du matin

mercredi 6 février à 5h45

Durée émission : 5 min

"Un prophète n’est méprisé que dans son pays" (Mc 6, 1-6)

© michal-bielejewski-unsplash

"Un prophète n’est méprisé que dans son pays"

Méditation de l'Evangile (Mc 6, 1-6) par le Père Jean-Marie Petitclerc

Chant final : "Jérusalem, que jamais je n'oublie ton nom" par La Communauté du Chemin Neuf

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
Jésus se rendit dans son lieu d’origine,
et ses disciples le suivirent.
Le jour du sabbat,
il se mit à enseigner dans la synagogue.
De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient :
« D’où cela lui vient-il ?
Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée,
et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ?
N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie,
et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ?
Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? »
Et ils étaient profondément choqués à son sujet.
Jésus leur disait :
« Un prophète n’est méprisé que dans son pays,
sa parenté et sa maison. »
Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ;
il guérit seulement quelques malades
en leur imposant les mains.
Et il s’étonna de leur manque de foi.
Alors Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant.

Source : AELF
 

Méditation Père Jean-Marie Petitclerc

MERCREDI 6 FÉVRIER 2019 Mc 6, 1-6

Bon nombre d’entre vous ont déjà, je pense, participé à ce genre de réunion qui démarre par un tour de table où chacun, le plus souvent à voix basse et sans grande convicction, énonce son nom, son prénom et sa fonction dans l’entreprise ou l’organisation civile ou ecclésiale à laquelle il appartient.. Et bien souvent, parvenu à la moitié, on a déjà oublié les premières prises de parole !

On croit connaître quelqu’un, alors qu’en fait on se construit une représentation de lui en l’identifiant à sa fonction et en le réduisant à ses titres ! Il m’est arrivé d’entendre des enseignants en salle de profs, - alors que le directeur venait d’annoncer l’inscription du petit frère d’untel, qui avait laissé un si mauvais souvenir dans l’établissement -, tenir ce genre de propos « Préparons nous au pire! », alors qu’ils ne connaissent absolument pas ce nouvel élève. Telle est l’expérience qu’effectue Jésus de retour à Nazareth. « N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, José, Jude et Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » On connaît sa famille, son métier. Et voici que ce que l’on pense savoir de l’autre, la représentation que l’on se construit à partir de cette soi-disant connaissance, devient plus vrai que lui. Et l’on va meme jusqu’à lui reprocher de ne plus correspondre à cette représentation. Jésus fait alors cet amer constat qu’ « un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa famille et sa maison ! » Voici qu’on reproche à Jésus de faire des miracles avec ses mains qu’on pensait uniquement faites pour le travail du bois.

Et si, aujourd’hui, nous essayons de découvrir sous un jour nouveau notre conjoint, nos parents, nos enfants, nos camarades de classe et collègues de travail !
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF