Un rapport inédit sur les chrétiens d'Orient remis à Emmanuel Macron

Présentée par UA-43511

S'abonner à l'émission

Le dossier du jour

lundi 7 janvier 2019 à 7h12

Durée émission : 7 min

Le dossier du jour

© MOHAMMED ABED AFP

Charles Personnaz a remis jeudi 3 janvier dernier au chef de l'Etat un rapport sur la protection des communautés chrétiennes au Moyen-Orient.

Un rapport sur les chrétiens d'Orient qui va faire date

Préserver les communautés chrétiennes d’Orient, c’est l’une des préoccupations d’Emmanuel Macron. On se souvient que le chef de l'Etat avait témoigné de son attachement aux communautés chrétiennes d’Orient en septembre 2017, lors de l’inauguration de l’exposition consacrée aux Chrétiens d’Orient à l’Institut du Monde Arabe.

Cet attachement prend désormais une forme encore plus concrète. En fin de semaine dernier, Charles Personnaz a remis au chef de l'Etat un rapport qui risque de faire date, concernant l'engagement de la France auprès des communautés chrétiennes du Moyen-Orient. Le chef de l’Etat avait confié une mission en ce sens au haut-fonctionnaire Charles Personnaz, par ailleurs ancien chargé de mission pour le patrimoine et la culture à l'Oeuvre d'Orient.
 

La double mission de Charles Personnaz

La mission confiée par Emmanuel Macron à Charles Personnaz est double. Elle dépasse la question des chrétiens d’Orient pour toucher toutes les communautés vulnérables, et notamment les Yézidis. Une mission double car il s’agissait à la fois de savoir comment la France pouvait apporter un meilleur soutien pour préserver le patrimoine de cette région du monde mais aussi apporter un meilleur soutien au réseau éducatif des communautés chrétiennes au Moyen Orient.

Ce soutien aux chrétiens d’Orient, Emmanuel Macron l’avait aussi affiché en avril 2018 dans son discours aux Bernardins. Un soutien que souhaite donc porter le chef de l’Etat à la fois sur le patrimoine et sur le réseau éducatif et qui n’est pas incompatible avec le principe de laïcité comme l’explique Charles Personnaz au micro de Pauline de  Torsiac. 
 

La création d'un fonds public-privé

Père de quatre enfants, catholique convaincu, ce magistrat de la Cour des comptes était dans la même promotion qu’Emmanuel Macron à l’ENA. Il a la particularité d’avoir travaillé pour l’oeuvre d’Orient, sur les questions de culture et de patrimoine. Il a aussi joué un rôle majeur dans le succès de l’exposition sur les chrétiens d’Orient à l’Institut du Monde arabe. Mais avant de rédiger son rapport et de faire des propositions au chef de l’Etat, Charles Personnaz est allé à la rencontre des acteurs de terrain: au Liban, en Palestine, en Israël et en Egypte. L’occasion de prendre le pouls du rôle des communautés chrétiennes sur place mais aussi du degré d’influence de la France.

Pour renforcer le soutien de la France sur le plan éducatif au Moyen Orient, le rapport préconise principalement la création d’un fonds public-privé. Il viendrait soutenir les écoles locales. Il associerait l’Agence française de développement, des acteurs privés et les collectivités territoriales notamment les régions intéressées par le projet.
 

L'importance du réseau Barnabé

Dans son rapport Charles Personnaz suggère aussi à la France de s’appuyer sur le réseau Barnabé. Ce dernier est né en 2006 à la demande du Consulat général de Jérusalem. Il a pour but de permettre une coopération entre des établissements de l’enseignement catholique en France et et les écoles chrétiennes de Terre Sainte, grâce notamment à des partenariats, des échanges entre écoles, la formation des professeurs mais aussi la fourniture d’outils pédagogiques.

Ces actions concrètes contribuent non seulement à l’apprentissage du français mais constitue aussi un véritable facteur de paix, comme l'explique Alice de Rambuteau animatrice du réseau Barnabé. Le Réseau Barnabé comprend aujourd’hui une quarantaine d’écoles en Terre Sainte, en lien avec environ 140 établissements en France.
 

Un institut de formation sur le patrimoine chrétien au Liban

Le rapport de Charles Personnaz insiste aussi sur un autre volet : le patrimoine. Un patrimoine qui a beaucoup souffert des exactions de Daech, et qui est aujourd'hui de nouveau menacé. le manque de moyens, l'urbanisation galopante et le manque de compétences sur place mettent en danger des édifces millénaires, qu’il faut pourtant préserver à tout prix comme le rappelle Charles Personnaz.

Ce dernier préconise donc la création d'un institut de formation, au Liban, pour les personnes qui seront chargées de veiller, de restaurer et d'entretenir ce patrimoine. Charles Personnaz établit aussi une liste de monuments que la France pourrait aider à restaurer par le biais de la Fondation ALIPH, créée avec d’autres Etats pour le patrimoine en danger par le biais de l’agence française de développement. Reste à savoir quelles mesures seront retenues par l’exécutif. Charles Personnaz veut y croire et a bon espoir que les principales recommandations de son rapport soient mis en acte par le président Macron.

Sur le même thème :

Les dernières émissions