Une étude sur la société française vient bousculer les idées reçues

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

lundi 29 avril à 6h41

Durée émission : 4 min

Une étude sur la société française vient bousculer les idées reçues

© PxSphere Illus.

"La France des valeurs. Quarante ans d’évolutions" : C’est le titre de l’enquête de référence sur la société française. Alors individualistes et malheureux les français ? Pas si simple.

"La France des valeurs. Quarante ans d’évolutions". C’est le titre de l’enquête de référence sur les évolutions de la société française publié aux Presses universitaires de Grenoble et réalisée par groupe d’universitaires et de chercheurs Grenoblois. C’est la cinquième depuis 1981. Elle permet donc de capter l’évolution des sentiments des français sur la manière d’appréhender les grandes questions sociales. Christian Vadon s’entretient avec Pierre Bréchon, professeur émérite de science politique, qui a dirigé cette enquête.
 

Quelles sont les évolutions tangibles que l'on peut noter entre les années 80 et aujourd'hui ? 

"Le regard sur nos données sur quatre décennies nous amène a être plutôt optimistes et à voir de fortes dynamiques dans la société française. Par exemple on dit "l'individualisme augmente beaucoup, les gens sont de plus en plus égoïstes, ne s'intéressent plus aux autres". Et bien pour nous c'est faux. Bien sûr il y a de l'individualisme, mais il y en a plutôt moins qu'avant. Et il ne faut pas mélanger l'individualisme et l'individualisation. L'individualisation ça veut dire qu'on est entrés dans une culture où chacun veut faire des choix autonomes, sans être déterminés par sa famille, par une Eglise, par un Etat, donc on veut la liberté de choisir, de maîtriser notre vie et de ce point de vue là, il y a de plus en plus ce qu'on appelle le libéralisme des moeurs, c'est à dire que les français nous disent "chacun doit pouvoir faire ce qu'il veut dans sa vie privée", et donc en matière de sexualité, d'euthanasie,  de suicide même, les différentes options font partie des choix individuels." 
 

Mais ce sentiment n'est pas antagoniste avec l'idée d'intégrer une association, d'être avec les autres ou d'agir pour les autres ? 

"Bien sûr, l'altruisme lui se renforce plutôt, chacun veut faire ses choix, mais ça ne veut pas dire qu'on fait des choix égoïstes, le niveau par exemple d'action dans les associations n'est pas en baisse en France, peut être plus intéressant, y a vingt pour cent des français qui font du bénévolat dans les associations." 
 

L'autre grande critique qu'on émet pour notre société aujourd'hui, c'est qu'il y a un repli sur soi, un repli identitaire, communautariste, est ce que ça ressort dans votre enquête ?

"Pas vraiment, ce qu'on peut dire c'est qu'il y a un attachement à l'identité française donc les gens se sentent français, se disent plutôt fiers d'être français qu'autrefois, mais cela dit le contenu que l'on met dans "être français" a aussi changé. Autrefois, être français c'était davantage lié à la naissance, c'était très identitaire. Aujourd'hui, être français, c'est plutôt respecter les lois, c'est parler la langue, c'est vivre ensemble. Donc la notion même de "qu'est ce que c'est que la France ?" a un petit peu changé."
 

Au delà de ce que vous venez de nous partager Pierre Bréchon, est-ce qu'il y a un point de cette enquête qui vous paraît important à relever ?

"Une des choses qui nous frappe c'est que les français sont devenus très pessimistes sur l'état de leur société, on a un peu le sentiment que tout va mal, c'est un peu une difficulté pour les dynamiques de la société française. Par contre, les enquêtés nous disent : "Je me sens plutôt heureux." On a le sentiment de réussir quelque chose dans nos vies privées. Donc au fond il y a une espèce de paradoxe."

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 7h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Jean-Baptiste Labeur