Une reprise de saison difficile pour les sportifs et les clubs, confrontés au Covid-19

Présentée par PR-22971

S'abonner à l'émission

Le dossier du jour

vendredi 11 septembre à 7h13

Durée émission : 7 min

Le dossier du jour

© Franck Fife / AFP

L'épidémie de Covid-19 n'épargne personne. Les clubs et leurs joueurs en souffrent déjà, alors que la saison ne fait que commencer.

Après l'impatience, la frustration. La saison commence tout juste et déjà un match est annulé. C'est ce que vivent les joueuses du LMRCV, un club de rugby féminin à Villeneuve d’Ascq près de Lille. Elles ne vont pas pouvoir disputer leur match à Toulon dimanche à cause d’une suspicion de cas de Covid-19 dans l'équipe Laura Di Muzio, s'attend à ce que cette saison soit pleine d'incertitude : "le lundi on ne sait pas si on va pouvoir jouer le dimanche. On ne sait jamais trop comment se projeter et à quoi va ressembler le championnat".

Les joueuses sont bien conscientes des risques de l’épidémie qui impose donc un protocole strict dans les stades. Il faut porter un masque lorsque l’on se déplace dans l’enceinte, prendre sa température et respecter une distance dans les vestiaires. Des règles qui contrastent avec les contacts physiques obligatoires sur le terrain : “ça paraît presque un peu fou parce que nous on est sur le terrain on fait du rugby et des mêlées”, s’amuse Laura Di Muzio.

DES CRAINTES POUR LES CLUBS AMATEURS

Mais cette rentrée est aussi synonyme de difficultés pour les clubs amateurs. Au club de foot de l’AS Centre de Paris, les enfants et adolescents sont bien moins nombreux cette année. Seulement 30% par rapport à l’année dernière. Les parents d’enfants licenciés depuis des années ont eu peur de les réinscrire à cause de l'épidémie et préfèrent attendre. Cela a surpris le directeur général du club Nordine Adjabi : ”jeudi dernier, j’étais étonné, le terrain était presque vide alors qu’à cette époque-ci c’est le contraire”.

Cette baisse du nombre de licenciés a des conséquences sur la trésorerie du club. Le directeur ne l’a pas encore chiffré mais il a dû se résoudre à désengager du championnat son équipe jeune car elle manquait de joueurs. Le club va donc devoir payer une amende.

LES PROFESSIONNELS SE RELÈVENT DOUCEMENT DE L’ARRÊT DE LA SAISON

Cette crise sanitaire a aussi causé du tort aux professionnels. La saison a été arrêtée très rapidement, en mars pour tous les sports. Et concernant le football, certains ont jugé que cette interruption de saison était prématurée. C'est le cas de Vincent Chaudel, économiste du sport et fondateur de l’Observatoire du sport business. Alors que les championnats espagnols et italiens ont repris pour terminer leur saison, le championnat français s’est simplement arrêté. Dans ces pays, “le football a une importance sociétale plus forte chez nous, où il n’est considéré que comme un loisir”. Il n’était donc pas primordial de faire reprendre le championnat pour les autorités. 

DES SÉQUELLES À LONG TERME 

L'épidémie pourrait engendrer des difficultés pour les Jeux Olympiques de 2024 qui se tiendront à Paris. Le report de ceux de Tokyo devrait avoir des conséquences directes pour Paris 2024, qui organise la compétition. C’est la crainte de Jean Baptiste Guégan, enseignant en géopolitique du sport : “ce seront des Jeux plus économes, beaucoup plus resserrés, peut-être moins festifs, et qui seront marqués par les conséquences économiques de la crise du Covid”.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 7h13

Chaque matin à 7h12, un dossier consacré à un sujet d'actualité dans La Matinale RCF.

Le présentateur

Clara Gabillet