Vaccins: "L’État veut tout faire lui-même et n’y arrive pas", selon Pr Philippe Juvin

Présentée par PR-26710

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

lundi 18 janvier à 8h10

Durée émission : 12 min

Le Grand Invité

© ©Thomas Samson- AFP

Le chef des urgences de l’hôpital Pompidou à Paris s'inquiète de la lenteur de la France sur la vaccination et appelle à plus de décentralisation dans la gestion de cette crise.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Alors que seulement 422.127 personnes ont été vaccinées contre le Covid-19 en France depuis le 27 décembre, Philippe Juvin propose d’acheter la licence du vaccin Pfizer-BioNTech pour accélerer la production. Le professeur de médecine, chef des urgences de l’hôpital Pompidou à Paris et maire (LR) de la Garrene-Colombes (Hauts-de-Seine) est en faveur d’une décentralisation dans la gestion de cette crise. 

Le manque de confiance entre l'exécutif et les citoyens

Le premier constat établi par Philippe Juvin est un problème de confiance entre les Français et le gouvernement. "Cette crise est mondiale mais les pays où ça s’est mieux passé ont été des pays où il y avait un contrat de confiance avec les habitants", explique le professeur de médecine, prenant l’exemple de Séoul en Corée du Sud, qui a tiré son épingle du jeu face à l’épidémie.

Une autre lacune pointée du doigt est le manque d’analyse en France du variant du Covid-19. "En France, on n'analyse pas assez le variant du virus, on sous-estime les choses. Les Anglais, de tous temps, séquencent énormément", affirme-t-il. 

"Il n'y a pas suffisamment de vaccins"

Celui qui est également maire (LR) de la Garenne-Colombes dans les Hauts-de-Seine a ouvert un centre de vaccination dans sa ville. "La difficulté c’est qu’il n’y a pas suffisamment de vaccins. Moi je vaccine grâce aux vaccins donnés par l’État mais j’en ai trois fois moins que je pourrai vacciner", déplore-t-il. La faute à une forme d’incapacité de l’État selon lui. "Quand il n'y avait pas de masque, c’est les communes, les régions qui les donnaient. Là c’est pareil, l’État veut tout faire lui-même et il n’y arrive pas. Tout ne peut pas se faire à Paris", lâche le médecin.

Face aux difficultés de l’exécutif, Philippe Juvin voit deux solutions : "Soit on met sur la table des euros pour acheter tout ce qui fait sur le marché. Soit on achète la licence à Pfizer-BioNTech pour accélérer la fabrication du vaccin". Le médecin réflechit plus particulièrement à la seconde option, qui permettrait de multiplier la production.  

Surtout que la vaccination est primordiale selon Philippe Juvin. "Si nous parvenions à vacciner la population, ça serait un retour vers la vie normale. C’est le seul moyen pour sortir de l’épidémie", assure-t-il, ajoutant que si toute, ou au moins 60% de la population est vaccinée, cela casse la chaîne de contamination. 

Le passeport vaccinal, une idée clivante 

Alors que l’idée d’un passeport vaccinal est en train de germer, le professeur de médecine est très partagé sur cette question. "Il y a le passeport qui permet de voyager d’un pays à l’autre en étant vacciné, ça pourquoi pas. En revanche, le passeport vaccinal pour aller au restaurant ou au théâtre, c’est une manière de rendre le vaccin obligatoire et c’est inégalitaire", conclut-il.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Simon Marty reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Simon Marty

Simon Marty présente la Matinale RCF.