[Archive] Rencontre avec Jean Vanier

Présentée par

S'abonner à l'émission

Grand Témoin

mardi 7 mai à 16h00

Durée émission : 55 min

Grand Témoin

© Guillaume POLI/CIRIC - 23 août 2017 : Conférence de Jean VANIER, fondateur de l'Arche, lors de la semaine de rencontre des jeunes adultes au sein de la communauté de Taizé (71), France

Pour rendre hommage à Jean Vanier, qui s'est éteint dans la nuit du 6 au 7 mai, RCF vous propose de réentendre son interview au micro de Thierry Lyonnet réalisée en 1998.

Mort de Jean Vanier, fondateur de l'Arche - Fondateur de la communauté de L'Arche, Jean Vanier s'est éteint dans la nuit du 6 au 7 mai 2019 à l'âge de 90 ans. Il avait consacré sa vie à l'accueil des personnes handicapées.
> Cliquez ici pour consulter notre dossier spécial

 

C'est à Trosly-Breuil (Oise) que Thierry Lyonnet a rencontré Jean Vanier en 1998. Il est le fondateur de L'Arche qui compte aujourd'hui plus de 150 communautés dans 37 pays. Un homme de plus d'1,90 qui était aussi grand que sa voix était douce et sa présence apaisante. Trosly-Breuil, c'est là où l'aventure de L'Arche a commencé. Quand, en 1964, il s'est installé avec Raphaël et de Philippe, tous deux orphelins et porteurs de handicap mental. Sur RCF, il raconte comment est né en lui le désir de vivre de l'Évangile et de répondre au "cri" des personnes handicapées.
 

Une enfance marquée par la guerre

Il a connu la déroute de juin 40 en France. L'enfance de Jean Vanier a été marquée par la guerre, il avait 12 ans quand lui et sa famille se sont "échappés de Bordeaux sur un contre-torpilleur anglais pour aller en Angleterre". Si ses parents étaient "profondément chrétiens", rien ne le prédisposait à consacrer sa vie aux personnes handicapées. "Je ne peux pas dire qu'il y avait une orientation profonde vers les personnes démunies."

C'est "progressivement" qu'il a compris ce que pouvait "impliquer" le désir de "vivre l'Évangile". Avec sans doute une première étape décisive lorsqu'il était encore officier de Marine. Jean Vanier a été "profondément remué dans un très très bon sens" par sa visite de la Maison de l'amitié, à Harlem. Une petite communauté de prêtres et de laïcs fondée par Catherine de Hueck Doherty, qui lança plus tard à Combermere (en Ontario) la communauté charismatique Madonna House.
 

une quête spirituelle intense

Porté par une soif spirituelle, Jean Vanier a quitté la Marine Royale Britannique en 1950 pour s'installer à L’Eau Vive, un centre de formation théologique et spirituel très en vogue après-guerre et qui vit passer de nombreux théologiens de renom. "Nous avons vécu une vie très pauvre, une recherche philosophique et théologique et une vie de prière." 

Situé dans l'Essonne, le foyer de L'Eau vive a été fondé en 1945 par les dominicains du Saulchoir (aujourd'hui lieu d'études de l'ordre). Sa rencontre avec le dominicain Thomas Philippe* alors directeur de L'Eau vive, le marque profondément. Le dominicain devenu son père spirituel lui a conseillé de se lancer dans un doctorat de philosophie, ce qui le conduira à enseigner à l'université de Toronto. En 1963, le Père Thomas est nommé aumônier du Val Fleuri, un centre où vivait une trentaine d'hommes porteurs d'un handicap mental.
 

Entendre le cri des personnes handicapées

Quand Jean Vanier se rend au Val Fleuri, pour retrouver Thomas Philippe et rencontrer les personnes handicapées qui y vivent, ce n'est pas sans appréhension : "Je suis venu inquiet, de quoi est-ce qu'on parlerait ? quel contact ? quelle communication ?" Il en ressortira "touché parce que chacun quelque part posait une question fondamentale : est-ce que tu m'aimes ? Est-ce que tu m'acceptes tel que je suis ? On sentait des hommes assoiffés de relation, de communication et d'amitié". Ce qui le frappe c'est aussi "leur souffrance évidente, on sentait aussi à travers leur visage et leur corps une autre question fondamentale : pourquoi suis-je comme ça ?" Il se souvient alors de cette phrase de saint Paul : "Ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort." (1 Co 1, 27)

Interpellé par le handicap mental, Jean Vanier visite alors plusieurs hôpitaux psychiatriques. Il découvre comment sont prises en charge les personnes handicapées mentales dans notre pays dans les années 50. Il décrit  un monde "lugubre, douloureux et violent". Le jeune homme est ébranlé par "un cri primal" qu'il entend. Il est déconcerté, "à la fois j'avais touché la beauté de ces hommes en même temps l'horreur des hôpitaux psychiatriques à cette époque-là... Il y avait un sentiment que les personnes avec un handicap étaient des non humains, alors ça, ça m'a touché".

Le regard que Jean Vanier portera toute sa vie sur la fragilité puise à la fois dans cette révolte, dans ce "cri" qu'il entend, et le désir de vivre l'Évangile : plusieurs fois on le verra lavier les pieds des personnes handicapées. Un geste fort, à la suite du Christ, qui invite à placer la fragilité au cœur de nos vies, de nos relations aux autres, à soi et à Dieu.
 

 

*Nous tenons à préciser que cette émission a été réalisée avant les révélations concernant les abus du père Thomas Philippe, conseiller spirituel de Jean Vanier.

 

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 17h03 et le samedi à 19h

Grand Témoin donne la parole à des chrétiens célèbres pour leur engagement ou leur combat au service de l'Évangile. Cette émission met également en valeur des croyants de l'ombre, méconnus du grand public et dont le témoignage mérite d'être diffusé et transmis.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!