Juifs et chrétiens célèbrent 70 ans ans de dialogue et d'amitié

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mardi 27 février à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© Alessia GIULIANICPPCIRIC - 17 janvier 2016, visite du pape François à la Grande synagogue de Rome

Née après la Seconde Guerre mondiale, l'Amitié judéo-chrétienne de France (AJCF) fête ses 70 ans - 70 ans, le temps qu'il aura fallu pour aller contre 2.000 ans d'anti-judaïsme chrétien.

 "Scrutant le mystère de l’Église, le saint Concile rappelle le lien qui relie spirituellement le peuple du Nouveau Testament à la lignée d’Abraham.... l’Église ne peut oublier qu’elle a reçu la révélation de l’Ancien Testament par ce peuple avec lequel Dieu, dans sa miséricorde indicible, a daigné conclure l’antique Alliance, et qu’elle se nourrit de la racine de l’olivier franc sur lequel ont été greffés les rameaux de l’olivier sauvage."
Déclaration Nostra Ætate (1965)

 

Cette année, l'Amitié judéo-chrétienne de France (AJCF) fête ses 70 ans. Une fédération d'associations qui n'a pas attendu Vatican II et Nostra Ætate pour relire les relations entre christianisme et judaïsme et désirer qu'elles s'apaisent.

"Les premiers chrétiens sont juifs, c'est une évidence qu'il faut rappeler !"

 

Aux origines du dialogue judéo-chrétien

L'AJCF pouvait toutefois s'appuyer sur "Les Dix Points de Seelisberg", le texte né de la conférence de Seelisberg (Suisse). Un rassemblement qui s'est tenu au sortir de la Seconde Guerre mondiale, entre le 30 juillet et le 5 août 1947, pour étudier les causes de l’antisémitisme chrétien.

Il aura fallu 70 ans pour "qu'on se retourne", comme le dit Moché Lewin. 70 ans pour "aller contre 2.000 ans de haine, pour progresser, étape par étape". Et se dire, en étant "novateur", d'après le mot du rabbn, que ce passé ne peut nous empêcher de construire des relations d'amitié. La Shoah, aura été à ce titre "un catalyseur important qui a remis en question la pensée anti-judaïque".

 



 

Nostra Ætate, une étape clé

La déclaration Nostra Ætate a eu 50 ans en 2015. Un texte issu du concile Vatican II (1962-1965) qui rappelle le lien spirituel qui unit les juifs et les chrétiens et constitue l'une des étapes essentielles du dialogue entre croyants des deux religions. ​"On ne peut pas être un bon chrétien si on ne sait pas ce qu'est le judaïsme" : c'est Moché Lewin qui le dit.

En 2016, la Conférence des rabbins européens (CER) a apporté une réponse à Nostra Ætate, en adressant au pape François le texte "Entre Jérusalem et Rome". Une réflexion sur les relations entre le judaïsme et le christianisme, où les rabbins rendent hommage à la déclaration conciliaire.

 



 

Retour sur Les causes de l'antisémitisme chrétien

"Les premiers chrétiens sont juifs, rappelle Alain Massini, c'est une évidence qu'il faut rappeler !" Mais alors si c'est une évidence pourquoi l'a-t-on oublié à ce point? "Il y a pas si longtemps, raconte Moché Lewin, les prêtres n'avaient pas le droit de citer le Premier Testament, l'enseignement était un enseignement anti-judaïque théologique, avec le peuple juif qui était considéré comme déicide."

C'est que l'anti-judaïsme des premiers chrétiens était d'ordre identitaire. Le Père Louis-Marie Coudray, directeur du Service national pour les relations avec le judaïsme (SNRJ), parle d'un "anti-judaïsme d'identification", où "définir son identité" pour les chrétiens c'était se définir "contre le judaïsme". Par ailleurs, ces premiers chrétiens "ont lu leur foi chrétienne comme étant l'accomplissement, ce qui venait avant était terminé".

 

Invités

  • Alain Massini , pasteur protestant, vice-président de l'Amitié judéo-chrétienne de France (AJCF)

  • Moché Lewin , rabbin au Raincy (Seine-Saint-Denis), directeur exécutif de la Conférence des rabbins européens (CER), conseiller spécial du grand rabbin de France Haïm Korsia

  • P. Louis-Marie Coudray , prêtre, moine bénédictin olivétain, directeur du Service national pour les relations avec le judaïsme (SNRJ) à la Conférence des évêques de France (CEF)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Antoine Bellier

Journaliste à RCF depuis 2009, Antoine est passé par Le Mans et La Roche-sur-Yon, avant de rejoindre la rédaction nationale en septembre 2013. Curieux de l’actualité sous toutes ses formes, amateur de cinéma et de littérature, il lui arrive de passer du micro à la plume.