BIBLE | L'Apocalypse de Jean ou le mal démasqué

Présentée par

S'abonner à l'émission

B comme Bible

mercredi 12 juillet 2017 à 21h00

Durée émission : 55 min

B comme Bible

© CIRIC

On associe souvent l'apocalypse à la fin des temps. En réalité le mot signifie en grec "dévoilement". Le Père Jacques Descreux répond à Natacha-Vessière-Gérard.

L'Apocalypse selon saint Jean commence avec cette phrase: "Heureux celui qui lit, heureux ceux qui écoutent les paroles de la prophétie et gardent ce qui est écrit en elle, car le temps est proche." (Ap, 1, 3) Un "message d'espérance pour ceux qui sont dans l'épreuve, une invitation à ne pas se décourager", selon le Père Jacques Descreux. Pour expliquer le message du dernier livre de la Bible, il publie "L'apocalypse de Jean" (éd. Cabédita).

On associe souvent l'apocalypse à la fin des temps. En réalité le mot signifie en grec "dévoilement". Par ailleurs, le P. Descreux précise que si l'on dit "Apocalypse de Jean" il s'agit de "celle du Christ qui se révèle". Quant à Jean, "il n'est ni l'auteur du quatrième Evangile ni des Epîtres de Jean", dont le style est très différent. Ce n'est pas non plus le compagnon du Christ, "puisqu'il parle des apôtres comme de figures du passé". Le Jean de l'Apocalypse a sans doute vécu à la fin du Ier siècle, explique le théologien.
 

les 7 messages de l'apocalypse

L'apocalypse délivre sept messages à l'Église. Le texte met en garde contre l'usure du temps qui érode la foi. Il dénonce le doute devant la crainte de la mort. Il alerte sur la consommation de nourriture quand elle devient idolâterie. Elle prévient des faux prophètes qui éloignent de Dieu. Elle incite à ne pas se fier à sa bonne réputation pour se croire quelqu'un de bien. Elle déconseille de se fier à son argent pour comme garantie de sécurité. Elle enjoint à se pas adopter de position médiane, modérée.
 

Le mal dans l'Apocalypse

L'apocalypse affronte réellement le sujet du mal et explique que Dieu "rétablira sa justice". L'humanité y est d'ailleurs vue "comme victime du mal avant d'en être la complice", explique le P. Descreux. Le mal, présenté sous les traits du dragon, est ici de l'odre du mensonge, "une apparence sans réalité, une non création qui a pourtant des effets".

Invités

  • Père Jacques Descreux, prêtre du diocèse de Dijon, théologien, maître de conférences à la Faculté de théologie de Lyon

Les dernières émissions

L'émission

B comme Bible, c'est La Saga de la Bible en version longue ! Ouvrons la Bible avec Natacha Vessière-Gérard et son invité. Laissons-nous conduire au fil des pages du Livre.  

Le présentateur

Natacha Vessière-Gérard

Après des études de philosophie, des recherches sur la foi chez Kierkegaard, Natacha a enseigné les Sciences Humaines et Sociales. Journaliste à RCF depuis 2009, elle aime que la philosophie soit mise au service de l’existence de chacun car selon l’adage cartésien : « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée ! »