[L'Évangile du dimanche] L'évangile du verre d'eau

Présentée par UA-125842

S'abonner à l'émission

Enfin une Bonne Nouvelle

jeudi 25 juin à 22h00

Durée émission : 25 min

[L'Évangile du dimanche] L'évangile du verre d'eau

© manu schwendener on Unsplash

Dans l'Évangile de ce dimanche nous sommes invités à porter notre propre croix si nous désirons suivre Jésus. La vie chrétienne est-elle un long chemin de douleur où il nous faut souffrir?

À première vue, la croix du Christ est liée à la souffrance, au rejet et à la mort. Certes, pour l'évangéliste Jean, elle est avant tout signe de gloire et de résurrection, mais ce bois de nos crucifix évoque pour nous le pire des supplices. Dans l'Évangile de ce dimanche, nous sommes invités à porter notre propre croix si nous désirons suivre Jésus et en être digne. La vie chrétienne serait-elle donc un long chemin de douleur, où nous devrions souffrir à notre tour ? Devons-nous revivre le Golgotha dans nos propres existences ?

 

Évangile du dimanche 28 juin (Mt 10, 37-42)*

Jésus disait à ses apôtres : "Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. 

Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. 

Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense."

 

prévenir le risque d'idolâtrie

"Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi..." Dans ce texte, Jésus ne cesse de répéter la formule "celui qui aime... plus que moi". Cela signifie-t-il que Dieu est jaloux et qu'il revendique une forme d'exclusivité ? "Dieu n'est pas jaloux en ce sens", explique Patrick Laudet, ce serait faire de l'anthropomorphisme que d'interpréter ainsi les paroles du Christ.

Jésus nous donne "un merveilleux conseil de sagesse", selon le diacre. Il nous invite à "ordonner les choses". "Il s'agit de pressentir à quel point la préférance de l'amour pour Dieu prédispose à une qualité d'amour humain." Jésus nous aide donc à prévenir le "risque d'idolâtrie". Si en effet la famille est "une bénédiction", c'est aussi "un lieu de blessure qui peut devenir un lieu d'idolâtrie". "Il y a des moments de vérité dans la vie où il fau faire des choix, il faut clarifier, au prix parfois d'une séparation chirurgicale qui est en même temps nécessaire à la vie."

 

faut-il souffrir pour suivre Jésus ?

Dans cet Évangile de Matthieu, une phrase en particulier a fait couler beaucoup d'encre : "Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi." Et a pu justifier tous les dolorismes. Pour Patrick Laudet, c'est le "et" qui est important : "La croix est un dynamisme, prendre sa croix ce n'est pas se résigner à supporter une douleur mais empoigner sa misère." 

 

*Source : AELF

 

Invités

  • Patrick Laudet, diacre permanent du diocèse de Lyon

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 22h et le dimanche à 8h et 15h

Peu de nos contemporains connaissent les Évangiles. Ils n'y sont pas hostiles mais ils n'ont plus d'occasion d'y avoir accès. C'est partant de ce constat que, avec l'éclairage d'un bibliste, Béatrice Soltner nous propose chaque semaine un texte d'Évangile pour qu'il soit entendu (ou réentendu), pour en savourer la nouveauté et faire l'expérience que - si incroyable que ce soit à l'heure de l'instantanéité - cette parole écrite il y a plus de 2.000 ans nous rejoint toujours au plus profond.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.