[L'Évangile du dimanche] Quitter le Dieu pervers

Présentée par UA-130606

S'abonner à l'émission

Enfin une Bonne Nouvelle

jeudi 12 novembre à 22h00

Durée émission : 25 min

Enfin une Bonne Nouvelle

© Jean-Matthieu GAUTIER/CIRIC - 23 juillet 2016 : Jeune fille assistant au concert de louange place Glowny. deux jours avant le lancement officiel des Journées mondiales de la jeunesse. Cracovie. Pologne.

Dieu n'est pas un être sadique qui veut nous prendre en faute en nous épiant. La parabole des talents raconte comment chacun peut s'enfermer dans un imaginaire malsain, par peur de vivre!

00:00

00:00

Dans le récit poétique du livre de la Genèse, Dieu crée le monde et offre à l’homme la possibilité de s’associer à son œuvre, puis il se retire. Ce récit originel a peut-être inspiré l’évangéliste Matthieu, qui, dans une parabole, met en scène la jubilation qu’il peut y avoir quand on est humain à devenir co-créateurs... Encore faut il y croire ! Cette parabole fameuse est celle des talents, une parole d'Évangile qui a pu, dans une interprétation traditionnelle, effrayer pas mal de croyants. Dieu serait-il ce juge implacable qui surveille nos moindres faits et gestes afin de nous demander des comptes ? Réponses de Jean-François Noël, prêtre et psychanalyste.

 

Évangile du dimanche 15 novembre (Mt 25, 14-30)

« C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître.

Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : “Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres.” Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.” Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : “Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.” Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.” Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : “Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient.”

Son maître lui répliqua : “Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !”

 

Traduction AELF

 

Invités

  • Jean-François Noël, prêtre du diocèse d'Aix-en-Provence, psychanalyste

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le jeudi à 22h, le vendredi à 13h30 et le dimanche à 8h

Peu de nos contemporains connaissent les Évangiles. Ils n'y sont pas hostiles mais ils n'ont plus d'occasion d'y avoir accès. C'est partant de ce constat que, avec l'éclairage d'un bibliste, Béatrice Soltner nous propose chaque semaine un texte d'Évangile pour qu'il soit entendu (ou réentendu), pour en savourer la nouveauté et faire l'expérience que - si incroyable que ce soit à l'heure de l'instantanéité - cette parole écrite il y a plus de 2.000 ans nous rejoint toujours au plus profond.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.