Les 7 paroles du Christ en croix

Présentée par

S'abonner à l'émission

Halte spirituelle, l'intégrale

vendredi 14 avril 2017 à 23h00

Durée émission : 55 min

Les 7 paroles du Christ en croix

© B.Soltner

Les sept dernières paroles du Christ en croix sont de véritables "pépites spirituelles". Jésus nous rejoint dans notre fragile humanité. Sr. Véronique Margron commente ces paroles de vie.

A l'occasion de la Semaine sainte, Béatrice Soltner revisite la passion du Christ en s'appuyant sur les paroles que le Christ a prononcées lors de sa crucifixion. Les sept paroles du Christ en croix représentent pour nous un parcours en sept étapes, guidé par Sœur Véronique Margron. "Ce sont sept paroles de vie, explique-t-elle, d'une vérité totale." Chacune de ces paroles trouve un écho dans l'Ancien Testament, et porte toute l'espérance du peuple juif. Elles montrent "comment, du creux de la nuit, déjà la vie s'annonce."

 

Vivez la Semaine sainte sur RCF - Du 10 au 16 avril 2017, RCF vous propose une programmation spéciale en direct de l'abbaye de Landévennec (Finistère). > En savoir plus

 


"Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font" (Lc 23,34)


©ImageCIRIC

 

"Une incroyable parole de libération sur la question du pardon." Par cette formule, Jésus redit qu'il est enfant du Père, "pleinement homme", explique la religieuse. Ce qu'il dit aussi, c'est qu'au fond, le seul qui sait vraiment pardonner, c'est Dieu.

Aussi, dans nos vies souvent tourmentées par le mal - ce que l'on subit et celui que l'on fait, on trouve résumé avec ces mots "le chemin extraordinaire du pardon chrétien, qui est de remettre le pardon à qui peut pardonner". Quand c'est trop difficile de pardonner, le chrétien a la possibilité de remettre ce pardon à quelqu'un d'autre. "Dieu le fera à sa façon, à son heure", nous dit Sr. Véronique Margron, mais pour nous il y a aura un poids en moins.

 


"En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis"  (Lc 23,43)


©ImageCIRIC

 

"Une parole d'une force extraordinaire." Dans l'Évangile de Luc, Jésus est en train d'être condamné, aux côtés de deux malfaiteurs. S'en suit un étrange dialogue. Au lieu de paroles mortifères, l'un des deux larrons dont on ne sait rien a des paroles de foi saisissantes. "Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume." (Lc 23, 42).

La réponse du Christ est tout autant saisissante. À un homme qui va mourir dans l'instant, le Christ lui parle "d'aujourd'hui". Ainsi, à ceux qui vivent dans le désespoir, qui n'ont rien plus rien à espérer, le Christ dit qu'il est présent, dès maintenant et pour toujours. "Un compagnonnage constant du Christ quelles que soit les circonstances de l'existence."

 


«Femme, voici ton fils» [à Jean:] « Voici ta mère.» (Jn 19, 26-27)


©ImageCIRIC

 

Alors que les amis de Jésus sont tous partis, il reste quelques visages au pied de la croix. "Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. »27 Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui."

Souvent quand on perd quelqu'un de cher, on voudrait partir avec lui. "Quand on perd un très proche il y a souvent un moment de vertige où on se laisserait bien partir avec lui." Qui n'a pas connu cette puissance de la mort, qui parfois nous laisse dans une sombre mélancolie? Ainsi, par ces paroles, le Christ retient Jean et Marie dans la vie. Car pour être dans la vie, l'humain a besoin de liens.

 


"J’ai soif" (Jn 19,28) 


©ImageCIRIC

 

L'évangéliste Jean met deux mots très forts dans la bouche du Christ. "Après cela, sachant que tout, désormais, était achevé pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. »" Ce "J'ai soif" reprend tous les "J'ai soif de tous les priants du monde: soif de rencontre, de parole, de justice, de paix...

Y a-t-il plus humain que le Christ à ce moment-là? "S'il y a bien quelque chose d'extrêmement douloureux dans la vie et sans doute dans la fin de vie, c'est bien cette soif-là." Sr Véronique Margron décrit ici une "puissance d'humanité" très grande. "Comme si cette seule parole récapitulait le déroulé de la Passion." Jésus est ici l'homme vrai, l'homme authentique: qu'est-ce qu'un humain qui n'aurait pas soif?

 


"Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?" (Mc 15,34 )


©ImageCIRIC

 

C'est l'une des paroles du Christ les plus commentées par les théologiens, tant elle est bouleversante et mystérieuse. Cette parole est une adresse à Dieu. À priori pas de réponse. Pour Sr. Véronique Margron, cependant, "la réponse de Dieu est dans le retournement du centurion".

"Les pourquoi du monde sont toujours légitimes." Par contre, en ce qui concerne la mort, la souffrance, le malheur, souvent "les réponses sont fausses". Dieu ne répond pas à ces pourquoi, mais puisque Jésus prend ces questions avec lui, "il devient le compagnon de tous nos pourquoi".

 


"Père, entre tes mains je remets mon esprit" (Lc 23,46)


©ImageCIRIC

 

Une parole d'abandon, de repos, de confiance. "Le Christ se laisse reposer dans le Père par cette parole." C'est toujours vers le Père que vont les mouvements du Christ. C'est-à-dire vers l'amour incommensurable.

Tout remettre à Dieu, c'est difficile. Chez Jésus c'est un mouvement constant. Mais ce que cette parole nous dit, c'est que "cette remise à Dieu n'est pas folle", explique Sr. Véronique Margron, ni inconséquente, ni destructrice. "Cette remise au Père est profondément humaine." Cette parole "provoque de la vie": c'est cela qui doit caractériser la confiance.

 


 "Tout est accompli" (Jn 19,30) 


©BéatriceSOLTNER/RCF

 

"Ce qui est accompli, explique Sr. Véronique Margron, c'est ce qui a été promis." Et ce qui avait été promis c'est à la fois "une alliance indestructible entre Dieu et l'humanité", et "que Dieu se soit fait homme en son fils jusqu'à la fin, jusqu'au bout, pour tous". Ce qui est accompli "c'est qu'il est mort en faveur de tous et qu'il va ressusciter pour tous".

"Tout est accompli", cela signifie aussi qu'il n'y a plus rien à ajouter. "Il n'y a pas à rajouter de souffrances sur la souffrance, ni de paroles après les paroles". Pour nous, tout est là, tout reste à vivre. Tout a été dit et fait. Reste à y entrer, à le vivre dans sa chair, à le transmettre. Pour Sr. Margron, reste aussi à l'Église d'en vivre, de le dire pour chaque génération. Ce qu'il reste à dire? "Cette nouvelle inouïe qui est que Dieu est venu pour tous, en faveur de la vie de tous ceux qui se croient les plus loins de Dieu."

 


 

Cette série d'émissions est ponctuée d'extraits de l'œuvre musicale de Joseph Haydn "Les Sept dernières paroles du Christ", interprétée par le Madrigal de Paris (Label Studio Sm, 2013).

 

Invités

  • Véronique Margron , membre des Sœurs de charité dominicaines de la Présentation, théologienne moraliste, présidente de la Conférence des religieuses et religieux en France (CORREF)

Les dernières émissions

L'émission

Tous les vendredis à 23h00

L'émission de référence de RCF! Un format court et quotidien, complété par une version intégrale le samedi, pour engager une réflexion spirituelle profonde et accessible, autour d'une thématique d'actualité.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.