Éloge des rites et de la célébration, par Gabriel Ringlet

Présentée par

S'abonner à l'émission

Halte spirituelle, l'intégrale

vendredi 2 novembre à 23h00

Durée émission : 55 min

Éloge des rites et de la célébration, par Gabriel Ringlet

© Philippe Lissac / GODONG - Père Gabriel Ringlet : "La liturgie, je n'ai pas peur de dire que c'est un spectacle, si on veut bien donner beaucoup de noblesse à ce mot"

De la naissance à la mort nous avons besoin de célébrer. Au-delà des grands passages, c'est dans le quotidien que nous pouvons inventer des rites qui donneront goût et saveur à nos jours.

00:00

00:00

"L'heure est venue, et plus que jamais, de réenchanter les rites, de les remettre en musique, de les remettre en voix, je crois que nous nous sommes éloignés de toute la richesse, de toute la créativité que peut proposer le rite et qu'il y a là je trouve un très très grand chantier qu'il faut absolument empoigner aujourd'hui."
Gabriel Ringlet

 

Les rites ont toujours fait partie de la vie humaine, ils viennent marquer d’une pierre blanche le cours de nos existences, depuis le berceau de la naissance jusqu'à l'extrémité de nos parcours. S’appuyant sur cette donnée anthropologique, les grandes traditions religieuses ont créé leurs propres rites, qui prennent la forme de multitude de gestes, de paroles et de symboles. La tradition chrétienne a les siens qu’elle propose depuis plus de 2.000 ans. En quoi ces rites peuvent-ils rejoindre nos contemporains ? Comment leur donner sens et chair ? Gabriel Ringlet, théologien et écrivain, vient de publier "La Grâce des jours uniques" (éd. Albin Michel).

 

Jour des morts, se souvenir de ceux qui nous ont quittés - Le 2 novembre, jour des défunts. Plus de 35 millions de Français se rendent chaque année au cimetière. Au lendemain de la Toussaint, fête qui célèbre l'espérance chrétienne au-delà de la mort, ils font mémoire des défunts. Une journée pour se souvenir de ceux qui nous ont quittés.
> Voir le dossier

 

au prieuré de Malèves-Sainte-Marie, une autre expérience du rite

En Belgique, au prieuré de Malèves-Sainte-Marie, non loin de Bruxelles, le père Ringlet inclut au cœur des célébrations, des témoignages d'artistes, d'écrivains, d'anciens détenus... Autant de "témoins de l'actualité", comme il les appelle. Ainsi au soir du Vendredi saint une jeune femme "qui avait traversé l'enfer de l'anorexie a relu la Passion à la lumière de son anorexie, c'était absolument bouleversant", se souvient-il.

L'an dernier lors de la Semaine sainte, c'est François Troukens qui est venu témoigner, un "ancien bandit de grand chemin", "qui a fait des hold up, des braquages incroyables", qui a été "condamné à 15 ans de prison", et qui "a basculé, a changé de vie". "Lui demander de raconter en pleine liturgie pascale ce que signifie sortir du tombeau, se relever, se redresser, c'est absolument prodigieux, dit le prêtre, on revit par l'intérieur toute la force de la traversée pascale."

 



 

Pourquoi l'homme a-t-il tant besoin de rites ?

À travers un rite, une célébration, c'est notre manière d'être au monde qui est en jeu. Et cela "dépasse la spiritualité, qui dépasse la religion". Pour le Père Ringlet, célébrer est quelque chose de "fondamentalement anthropologique". "C'est pourquoi j'appelle tous nos concitoyens à célébrer, qu'on soit laïque, qu'on soit chrétien, qu'on soit d'une autre confession, la célébration elle est fondamentale, elle est structurante, il y va non seulement d'un lieux être mais c'est l'avenir même de l'humanisme qui est engagé dans la célébration."

 



 

Rites et célébrations, Ce qui se joue

"Je pense que fondamentalement, célébrer c'est une manière d'être au monde." Le Père Ringlet aime citer Rainer Maria Rilke "quand il dit qu'avec de l'ici nous devons faire de l'au-delà". "Notre ici peut-être joyeux, douloureux, tragique... On est heureux d'une naissance, désespéré d'un suicide, il ne suffit pas de le vivre, de traverser, de lutter, de ne pas désespérer : il faut le célébrer, l'empoigner, lui donner un peu de légèreté."

Et quand la messe est pour certains ennuyeuse ? "Ça c'est le ritualisme : c'est quand le rite s'use parce qu'il est sans âme, parce que la répétition est beaucoup trop standardisée, explique le Père Ringlet, mais ce n'est même plus un rite pour moi, c'est vraiment s'éloigner du rite que de le répéter de cette manière-là. Un rite doit rester vivant, il doit rester imaginatif." 

 

Invités

  • Père Gabriel Ringlet , prêtre, écrivain, poète, théologien, ancien vice-recteur aux affaires étudiantes de l'université catholique de Louvain

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le vendredi à 23h et le samedi à 21h

L'émission de référence de RCF ! Un format court et quotidien, complété par une version intégrale le samedi, pour engager une réflexion spirituelle profonde et accessible, autour d'une thématique d'actualité.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.