Et si nous préférions le progrès humain au profit ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un prêtre vous répond (04 72 38 20 23)

mercredi 5 juin à 21h00

Durée émission : 55 min

Un prêtre vous répond (04 72 38 20 23)

Qu’est ce qui nous fait progresser en humanité, sans doute pas le désir illimité de l’homme qui épuise la planète, un échange ce soir avec le père Etienne Michelin

L’aventure scientifique, c’est fascinant!  La science, en augmentant les connaissances dont l’homme dispose, accroît sans cesse sa maîtrise sur l’environnement et pourtant cela ne déclenche pas l'unanimité. Certes, la science ouvre la porte vers de nombreuses applications intéressantes, dont nous ne  pourrions plus nous passer ; peut-on parler alors de veritable facteur de progrès lorsque l'on sait que  l’ensemble des populations humaines n’en profitent pas nécessairement?
 

Sans intelligence, l’homme aurait été une espèce animale comme les autres, guidée exclusivement par son instinct de survie: Les forêts recouvriraient toujours l’essentiel des terres émergées ; les ressources enfouies dans le sous-sol y seraient encore intactes ; hormis les incendies naturels provoqués par la foudre et les éruptions volcaniques, point de dégagement intensif de gaz carbonique ; la sélection naturelle, malgré l’absence de procédés contraceptifs, réduirait considérablement notre espérance de vie et nous épargnerait tout problème de surpopulation. Bref, la planète Terre coulerait des jours heureux. Mais pourquoi a-t-il fallu, il y a quelques millénaires, que l’homme ait choisi de se redresser ? Tous nos malheurs viennent-ils de cette distraction funeste. Pattes avant ainsi libérées, cerveau reposant à l’horizontale, l’homme devait très lentement, mais inexorablement agir sur l’environnement, le modeler jusqu’à le plier à ses moindres caprices. Doué d’intelligence supérieure, l’homme est, en effet, la seule espèce animale qui n’ait eu de cesse d’asservir le monde environnant pour améliorer son confort de vie. Il n’y a là rien de choquant, n’était le risque de disparition que notre course éperdue et égoïste à la quantité et à la qualité de vie fait encourir à nombre d’espèces vivantes, y compris à terme à la nôtre. 
Robert Mascarell
 

Déjà en 1934, grâce à son intelligence lumineuse, Albert Einstein constatait dans « Comment je vois le monde » : « Ce que l’ingéniosité des hommes nous a offert dans ces cent dernières années, aurait pu faciliter une vie libre et heureuse, si le progrès entre les humains s’effectuait en même temps que les progrès sur les choses» Mais poursuivait-il plus loin : « L’égoïsme et la concurrence restent hélas plus puissants que l’intérêt général ou que le sens du devoir » Et de proposer : « Si nous voulons une vie libre et heureuse, il y faudra nécessairement renoncement et restriction » 

" Je suis réellement un homme quand mes sentiments, mes pensées et mes actes n’ont qu’une finalité :
celle de la communauté et de son progrès»

Albert Einstein

 

PARTICIPEZ A L'EMISSION:

Le père Etienne Michelin vous répond:
- Intelligence ou progrès, chance ou perte de l’humanité ?
- Le progrès scientifique est-il devenu une religion ?
- Un homme qui perd son humanité est-il un monstre ? quid d’une société qui la perd à son tour ?
 

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 21h

La foi pose question : un prêtre vous répond ! Qu'est-ce qu'être chrétien ? Quel est le message des chrétiens pour le monde ? Comment la foi peut-elle enrichir notre quotidien ? Chaque mercredi à 21h00, posez toutes vos questions en direct et à l'antenne à un prêtre. Il vous écoute et vous conseille. Pour participer à l’émission : 04 72 38 20 23 ou unpretrevousrepond[arobase]rcf.fr. [ATTENTION : les messages que vous envoyez à cette adresse sont consultés par l’animateur de l’émission dans le cadre de notre programme. Si vous souhaitez évoquer des questions plus personnelles avec un prêtre nous vous invitons à entrer en contact avec votre paroisse.]

Le présentateur

Catherine Segouffin