Catholique, orthodoxe, protestante... Pourquoi y a-t-il plusieurs Églises chrétiennes?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le b.a.-ba du christianisme

jeudi 3 août 2017 à 16h00

Durée émission : 25 min

Le b.a.-ba du christianisme

© Image CIRIC

L'histoire du christianisme est riche et complexe. Elle a donné naissance aux Églises catholiques, orthodoxes et protestantes. Explications d'Agnes Von Kirchbach invitée de Mathilde Hauvy.

Entre catholiques, orthodoxes et protestants, il y a des points communs mais aussi des divergences. Le christianisme est fait de plusieurs Églises, qui se sont séparées au cours de l'histoire. Retour en quatre étapes majeures de l'histoire du christianisme: les conciles de Jérusalem et de Constantinople, le Grand Schisme de 1054 et la Réforme.
 

Dans l'histoire du christianisme, religion et politique s'entremêlent

 

• Le concile de Jérusalem, au Ier siècle

Les disciples de Jésus peu à peu se détachent du judaïsme. Vers 135, on cesse de considérer la cisconcision comme signe d'appartenance, désormais le baptême marque une nouvelle identification. Alors que les communautés chrétiennes naissent et se renforcent sur les pourtours de la Méditerranée, la question se pose: peut-on devenir chrétien sans passer par le judaïsme? Cette question "a failli étouffer le christianisme", explique la théologienne. Le concile de Jérusalem, évoqué dans les Actes des Apôtres, conclut que chrétiens d'origine juive et non juive peuvent manger ensemble.

 



 

• Le concile de Constantinople

Le premier grand concile est le fruit d'une volonté politique de l'empereur Constantin. Aujourd'hui encore on se réfère aux textes nés de ce concile, lorsque l'on récite le credo. Vers 325, on se demande comment parler de Jésus. "Il est né de Dieu, lumière née de la lumière", récite-t-on, "cela paraît très poétique mais en réalité c'était des discussions théologiques très ardues", rappelle Agnes Von Kirchbach. En 381, à la suite du concile de Constantinople, le symbole de foi proclamé à Nicée est complété d'un paragraphe sur l'Esprit saint. On y inclut aussi la place de l'Église.

 



 

• Le Grand Schisme de 1054

L'histoire du christianisme mêle religion et politique. L'empereur Charlemagne précipite l'Eglise dans un schisme, que l'on a appelé le grand Schisme de 1054, en affirmant que l'Esprit procède non seulement du Père mais aussi du Fils. "Il coupe avec un millénaire de théologie." Le schisme scelle la rupture entre Église d'Orient et Église de Rome. En 1964, la rencontre entre Athénagoras et Paul VI à Jérusalem fut "un geste de réconciliation très fort", après un millénaire de rupture.

 

 

• La Réforme

Le 31 octobre 1517, Martin Luther affiche ses 95 thèses contre les indulgences sur les portes de l'église du château de de Wittemberg. Grâce à l'humanisme naissant et à l'essor du commerce, un mouvement laïc important s'était développé au XVIè siècle au nord des Alpes. Pour Agnès Von Kirchbach, le protestantisme naît d'un désir de mieux comprendre la foi chrétienne à une époque où l'Église de Rome connaît une certaine confusion.

 

Émission réalisée en décembre 2016

 

Invités

  • Agnès von Kirchbach , théologienne, pasteure de l'Eglise réformée de France

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h00 et 16h00

"Le b.a-ba du christianisme" ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le christianisme sans jamais oser le (re)demander… Dans le souci de s’adresser au plus grand nombre et avec curiosité, Mathilde Hauvy sollicite théologiens et biblistes pour un échange enthousiaste.