[Dossier] Qui est Marie, la mère de Jésus?

La Vierge Marie fait l'objet d'une dévotion très forte chez les catholiques, et pourtant, dans les Écritures la mère de Jésus se fait très discrète. À l'occasion de la fête de l'Assomption, un dossier pour mieux comprendre qui est Marie et quels sont les dogmes érigés par l'Église, mais aussi le sens des apparitions mariales et sa place dans les autres religions monothéistes.

Le 15 août, fête de l'Assomption de Marie

Le 15 août, fête de l'Assomption de Marie

Le 15 août, les catholiques célèbrent la Vierge Marie. Cette fête de l'Assomption renvoie à la fin de sa vie sur terre: où elle a été "élevée en corps et en âme dans la gloire céleste".

Marie dans les Ecritures, discrète et lumineuse

Le b.a.-ba du christianisme

En mai, mois de Marie, les chrétiens sont invités à prier celle qui est la gardienne du mystère au centre de la foi chrétienne: l'incarnation. Bénédicte Draillard reçoit le p. André Cabes.

Traditionnellement, le mois de mai est celui de Marie. Les chrétiens célèbrent donc tout particulièrement la mère du Christ tout au long du mois. Et au 31è jour, ils célèbrent la Visitation de Marie à sa cousine Elisabeth. Dans la religion chrétienne, Marie est la gardienne du mystère au centre de la foi chrétienne: l'incarnation. Sans Marie pas d'incarnation et sans incarnation, "Jésus ne serait que le porteur d'un message, un idéologue", explique le p. André Cabes. "Marie est la garante que Jésus n'est pas une abstraction, il est le nourrisson sur le sein de sa mère."

"Marie m'a enfanté à la vie de foi, elle reste au coeur de ma foi." Le père André Cabes est un enfant de Lourdes. Il a enseigné la théologie mariale à l'Institut catholique de Toulouse. Issu d'une famille à la foi très vivant il a été ordonné prêtre à la basilique Notre-Dame du Rosaire à Lourdes, le 26 juin 1977. Aujourd'hui recteur du Sanctuaire de Lourdes, il se souvient de son enfance: "on venait à pied, on chantait les grandes fêtes mariales." Etudes de lettres, étudoer la place de la femme dans le romantisme. "Je voyais bien que dans notre foi, la place de la femme est importante et donc la place Marie est une place à la source". Place devenue de plus en plus limpide et profonde.

"Ce n'est pas Marie qui est l'objet de la foi chrétienne, mais si on l'enlève, la foi chrétienne ne tient plus." Après le Christ et saint Pierre elle est le personnage le plus cité dans les Evangiles. En fait la Vierge Marie apparaît partout, de manière discrète, comme en filigrane, explique le p. André Cabes. "Des pépites d'or", disait Edith Stein.

Que nous apprennent les dogmes sur l'identité de la Vierge Marie?

Halte spirituelle, l'intégrale

La tradition catholique dit que Marie est vierge, qu'elle est mère de Dieu et qu'elle a été conçue sans péché. Au cours de l'histoire, l’Église a institué des dogmes. Comment les comprendre?

Les Évangiles parlent peu de Marie, pourtant la mère de Jésus tient une place de choix dans le cœur des croyants. La tradition catholique dit que Marie est vierge, qu'elle est mère de Dieu et qu'elle a été conçue sans péché : au cours de l'histoire, l’Église a ainsi institué des dogmes. Comment les comprendre ? En quoi viennent-ils enrichir la foi des catholiques ? Le dominicain Jean-Pierre Brice Olivier, auteur de "Toujours vierge - Marie en ses mystères" (éd. Cerf), nous aide à revisiter les dogmes mariaux et à comprendre qui est la Vierge Marie.
 

"Ce que Marie a fait, nous sommes invités à le faire !"

 

Qu'est-ce qu'un dogme ?

"C'est une définition proposée par l'Église catholique sur une réalité qu'elle définit et qui concerne le Christ ou l'Église ou la Vierge Marie, par exemple." Pour le dominicain, une chose est sûre : même les dogmes n'éloignent pas Marie pas de notre réalité. Son ouvrage a pour objectif de rendre Marie "accessible" : de nous permettre de "retrouver l'humanité de la Vierge Marie, de rappeler qu'elle est la première des humains, la plus humaines des humains et qu'elle est très proche de nous, qu'il n'y a pas d'écart". Là où son titre de Mère de Dieu, pourrait en faire une déesse : "ce qu'elle n'est pas du tout !"

 

La virginité de Marie, une attitude du cœur

La virginité de Marie, on ne la trouve pas dans l'Évangile. Jean-Pierre Brice Olivier nous invite à "dépasser" la "réalité physique". "Moi je crois à la virginité de Marie, confie-t-il, mais à la virginité de son être entier : le détail anatomique importe peu, ça n'est pas premier. Marie est d'abord vierge dans son cœur, dans son esprit et dans son tout son être ; sa virginité physique est éventuellement le signe de cette autre virginité." 

C'est par l'expression "un cœur sans partage" que l'on peut comprendre cette virginité de Marie : elle caractérise la capacité de se donner tout entier à chaque être que l'on rencontre. "Je pense que Marie est la figure de ce cœur sans partage : aimer l'autre pour lui-même et pas pour soi." Par virginité, il faut comprendre un rapport au monde, aux autres à Dieu qui est ajusté : être ouvert à l'autre sans le juger, sans a priori, même si je le connais depuis longtemps, je suis prêt à accueillir ce qu'il va me révéler. "Ne rien savoir de l'autre, être vierge de l'autre dans la rencontre que j'ai avec lui."

 

 

mère de Dieu : mais pas déesse !

Quand l'Église déclare que Marie est mère de Dieu c'est avant tout pour rappeler que Jésus est Dieu : c'est le premier dogme marial énoncé par l'Église. Lors du concile d'Éphèse, en 431, théologiens et clercs ont débattu en effet sur les deux natures du Christ : vrai homme, vrai Dieu. Le dominicain insiste : "Marie est mère de Dieu parce que son fils est Dieu, elle n'est pas mère de Dieu dans l'absolu." Elle n'est pas une déesse !

Le dominicain Jean Tauler (1300-1361) a écrit : "Dieu tous les jours et à toute heure naît en vérité spirituellement par la grâce et l'amour dans une bonne âme." Ce n'est pas donc pas réservé à Marie de faire naître Dieu en soi ? Si Marie a porté Dieu d'une manière tout à fait spéciale, "nous-même à notre tour, sommes invités à porter le Christ en nous". Les sacrements, et notamment l'eucharistie, nous font "porter Dieu en nous", dans notre propre chair. "C'est très important que les chrétiens, les croyants, ceux qui aiment le Christ, portent en eux ce fils de Dieu pour l'offrir au monde : ce que Marie a fait, nous sommes invités à le faire !"

 

 

Immaculée conception, conçue sans péché

Proclamé en 1854, et célébré chaque 8 décembre, le dogme de l'Immaculée Conception est sans doute le plus difficile à comprendre pour les croyants. Il s'agit bien de la conception de Marie par ses parents et non pas de la conception de Jésus. Il proclame que Marie a été conçue sans péché. "Le péché c'est la rupture avec Dieu."

Un dogme difficile à comprendre parce que si Marie a été dès sa conception préservée du péché, cela laisse entendre qu'elle était prédestinée. Que c'était dans le plan de Dieu qu'elle porterait un jour son fils. Or, Marie aurait pu dire non, l'être humain dans la perspective catholique est profondément libre. "Dieu nous veut libre", insiste le dominicain. 

"Il me semble que Marie est immaculée conception à cause de Dieu... Dieu va venir s'incarner dans le corps d'une femme, le corps de cette femme ne peut avoir eu le moindre contact, la moindre relation avec le mal." C'est parce que Dieu s'incarne dans une femme qu'on se pose la question du corps de la femme qu'il va falloir en amont rendre immaculé. "Par un privilège de son fils, Marie est immaculée conception par le salut que son fils va apporter."

 

Émission d'archive diffusée en 2018

 

Marie: juive, chrétienne, musulmane

Marie: juive, chrétienne, musulmane

Reconnue dans les trois religions monothéistes, Marie reste une figure de croyante essentielle dans l’histoire de la spiritualité. Il y a pourtant une approche différente de Marie...

Marie pour les catholiques

Le 8 décembre, la fête de l'Immaculée conception célèbre Marie, la mère du Christ. La tradition catholique a érigé en dogme le fait que Marie soit "l'Immaculée conception" c'est-à-dire conçue sans péché : la mère de Jésus est, pour les catholiques, préservée du péché originel. Le numéro 227 de la revue Le Monde de la Bible propose un dossier sur le thème : "Marie - Juive, chrétienne, musulmane"

 

Marie pour les juifs et les musulmans

Fille du peuple hébreu Marie est la première des croyantes et tient une place particulière chez les chrétiens, mais dans l'islam aussi elle est élue de Dieu. Figure de foi essentielle pour les trois monothéismes, le christianisme, le judaïsme et l'islam n'en ont pourtant pas la même approche. Les représentations et références ont évolué au cours des siècles, nourrissant aussi bien la théologie que l'art, la dévotion populaire que les traditions.

 

Émission en partenariat avec Le Monde de la Bible

 

Marie dans les différentes Églises chrétiennes

Marie dans les différentes Églises chrétiennes

La dévotion mariale est-elle réservée aux catholiques? Marie est bien présente dans les Évangiles: quelle place les autres Églises chrétiennes lui accordent-elles?

Émission d'archive diffusée en 2017

 

Pourquoi une telle dévotion à Marie chez les catholiques?

Le b.a.-ba du christianisme

On dit du mois de mai qu'il est le mois de Marie - et il existe de très nombreuses fêtes mariales. Pourquoi la mère de Jésus fait-elle l'objet d'une si grande dévotion chez les catholiques?

Traditionnellement dans l'Église catholique, on dit que le mois de mai est "le mois de Marie". Mais il existe au total une quinzaine de fêtes mariales, environ une par mois. "Comme si on était invité à vivre notre vie chrétienne vraiment avec Marie, qui nous accompagne, qui accompagne le peuple pour qu'on mette l'Évangile en pratique.François Vayne, auteur de "Prier 15 jours avec Marie au cœur de ses apparitions" (éd. Nouvelle cité), explique pourquoi Marie est si importante dans l'Église catholique.
 

 "Tout ce qu'elle a fait au long de sa vie c'est faire des médiations entre l'Esprit saint que son fils voulait nous donner et nous

 

QUI EST MARIE ?

La mère de Jésus tient une place particulière dans l'Église catholique, dont on dit qu'elle est la mère. Elle est celle qui, avec douceur et bonté, présente les prières des fidèles à son fils. Quand l'ange Gabriel lui apparaît, comme on peut le lire dans l'Évangile, il la nomme "Comblée-de-grâce". "L’ange entra chez elle et dit : «Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi.»" (Lc 1, 28) Pour François Vayne ce nom montre que Marie "est comme un vase remplit de Dieu seul, en elle il n'y a pas d'obstacle à l'amour de Dieu, pas d'égoïsme, pas de repli sur soi, elle est totalement libre". 
 



 

Marie est-elle la mère des croyants ?

Dans les Évangiles, Marie est assez discrète. On la trouve notamment au pied de la croix. "Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : «Femme, voici ton fils.» Puis il dit au disciple : «Voici ta mère.» Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui." (Jn 19, 26-27) "Marie devient la mère de Jean, explique François Vayne, et donc la mère de tous les disciples la mère de l'Église." Les textes du concile Vatican II disent que Marie est mère de chaque catholique. "À condition de bien comprendre que l'Église c'est pas une institution, une administration cléricale, c'est un corps dont on est chacun membre, Marie est mère des membres du Christ qui forment l'Église." 

 



 

Marie médiatrice

On dit de Marie qu'elle est médiatrice de toutes les grâces que Jésus veut nous donner. "Tout ce qu'elle a fait au long de sa vie c'est faire des médiations entre l'Esprit saint que son fils voulait nous donner et nous." C'est ainsi que François Vayne comprend les apparitions mariales, "elle continue à travers ses apparitions dans le monde : elle déborde d'Esprit saint pour nous le transmettre".

Parmi les très nombreuses fêtes mariales, l'Assomption. Chaque année au 15 août, les catholiques célèbrent la montée au ciel de Marie. Catholiques et orthodoxes croient en effet que Marie est montée au ciel, corps et âme. L'Église catholique en a fait un dogme en 1950. Pour François Vayne, ce dogme de l'Assomption nous enseigne ceci : "À travers elle toutes les belles réalités de la vie ont valeur d'éternité, elle nous représente au ciel, rien ne sera perdu de tout ce que l'on vit de beau sur terre."

 

Les messages de la Vierge Marie dans les apparitions

Le b.a.-ba du christianisme

Le plus important dans les apparitions mariales ce n'est pas l'aspect surnaturel mais le message que nous donne la Vierge Marie. Explications.

Lourdes, Fatima, Guadalupe... Les noms des grands sanctuaires bâtis sur les lieux des apparitions mariales sont connus. Mais les messages qu'a délivrés la Vierge Marie aux voyants sont souvent peu connus. FrançoisVayne les a étudiés et expliqués dans son livre "Prier 15 jours avec Marie au cœur de ses apparitions" (éd. Nouvelle Cité, 2015). Si les messages sont peu connus, c'est sans doute que "l'on s'attache trop au merveilleux, au surnaturel, alors que Marie veut nous ramener à l'Évangile".

"Marie se reconnaît dans les messagers qu'elle choisit"

 

Qu'est-ce qu'une apparition mariale?

"Les apparitions sont des visitations, explique François Vayne, c'est Marie, pleine de l'Esprit saint, qui vient le partager avec nous et nous inviter à ouvrir nos cœurs pour recevoir cette vie divine qui est la clé de notre bonheur." La Visitation est une fête que célèbrent les catholiques et les orthodoxes d'après un épisode de l'Évangile où Marie rend visite à sa cousine Élisabeth après avoir accepté de donner naissance à Jésus. On fêtant la Visitation, on célèbre aussi la prière du Magnificat que Marie a prononcé chez sa cousine.

Prudente, l'Église catholique n'a reconnu qu'une quinzaine d'apparitions mariales. "L'important ce n'est pas de s'attacher à Marie, mais à ce qu'elle nous dit." Pour François Vayne, pour comprendre les apparitions de Marie, il faut avoir en tête cette phrase prononcée par une "voix" lors du baptême du Christ : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie." (Mt 3, 17).

 



 

Marie apparaît aux périphéries

La Vierge Marie est apparue à des enfants, à des bergers, parfois à des religieuses, souvent des personnes simples, menant une vie relativement pauvre. Pourquoi s'adresse-t-elle à telle personne plutôt qu'une autre? "Je crois qu'elle apparaît à des gens qui lui ressemblent." Des personnes "aux périphéries", selon l'expression du pape François. "Marie se reconnaît dans les messagers qu'elle choisit, pour François Vayne, il y a une pureté de cœur chez Bernadette, dans laquelle Marie se reconnaît."

 

Sur le même thème :