La messe, mode d'emploi

© Image Ciric - La messe est un moment très ritualisé, où alternent des paroles, des gestes, des silences

Rendez-vous hebdomadaire des catholiques, la messe rassembles les fidèles chaque dimanche. Un temps de prière où chaque parole, chaque geste et chaque silence a un sens. Un dossier pour comprendre la messe.

La messe, mode d'emploi - La liturgie de la parole

Le b.a.-ba du christianisme

Deuxième temps fort de la messe, la liturgie de la parole. Pour lire les textes de la Bible on monte à l'ambon, un pupitre qui symbolise la montagne où Dieu parle à son peuple dans la Bible.

Au cours de la messe, des textes de la Bible sont lus. C'est ce qu'on appelle le temps de la Parole, deuxième temps fort de la liturgie. Et de façon significative, pour lire les textes de la Bible, on monte à l'ambon - un mot qui vient du grec et qui signifie "monter". Il désigne un pupitre, situé généralement en hauteur car il symbolise la montagne, c'est-à-dire le lieu où Dieu parle à son peuple dans la Bible. "Toute la liturgie de la Parole est une conversation."
 

Avant que le prêtre ou le diacre lise l'Évangile, les fidèles se lèvent et chantent "Alléluia"

 

Pendant la messe, on lit un passage de l'Ancien Testament

La première lecture est un passage de l'Ancien testament. "Sans l'Ancien Testament on ne comprend rien au Nouveau Testament", explique le Père Antoni. D'où l'importance de le lire ! Au temps pascal, on lit non pas l'Ancien Testament mais les Actes des Apôtres. "On lit ce que les premières communautés qui étaient juives  - chrétiennes mais juives d'origine - célébraient, comment elle célébraient, etc."

 



 

Puis vient La prière des psaumes

Après la première lecture on lit - ou on chante - un Psaume. Les Psaumes sont au nombre de 150 dans la Bible, un livre que les chrétiens partagent les juifs. "C'est le livre de prière de tous les croyants, à la fois juifs et chrétiens." Les Psaumes rassemblent "tous les sentiments humains". Que ce soit la tristesse, la joie... "tout y passe parce que le Seigneur veut justement qu'on ait avec lui un rapport de confiance où on peut tout lui dire." Vient ensuite la deuxième lecture, un passage du Nouveau Testament.

 



 

La lecture de l'Évangile

Avant que le prêtre ou le diacre lise l'Évangile, les fidèles se lèvent et chantent "Alléluia". Un mot hébreu qui signifie "Louer le Seigneur", un chant de louange et aussi d'attente. "On attend fébrilement que le Christ se manifeste."

 

00:00

00:00

La messe, mode d'emploi - La liturgie eucharistique

Le b.a.-ba du christianisme

Le pain et le vin qui sont apportés en procession au cours de la messe, représentent tout ce qui fait l'activité humaine. "Ce pain et ce vin, c'est nous", dit le P. Sébastien Antoni.

Durant la messe, après les rites d'ouvertures et la liturgie de la parole, vient la liturgie de l'eucharistie. Après la prière universelle, où le fidèle se décentre de lui-même pour présenter ses intentions de prière pour le monde, commence la liturgie eucharistique. Elle début par une procession à laquelle on ne fait pas toujours assez attention, remarque le Père Sébastien Antoni. "Alors que c'est un moment très important."
 

"Il s'agit pour Dieu de devenir notre nourriture, donc de faire un avec nous-mêmes, et pour nous de faire un avec Dieu"

 

au début de la liturgie eucharistique, une procession

Au cours de la procession, sont apportés le vin et le pain qui deviendront - dans la foi - le corps et le sang du Christ. Au moment de les recevoir à l'autel, le prêtre prononce cette phrase : "Tu es béni, Dieu de l'univers, toi qui nous donnes ce pain, ce vin, fruit de la terre et du travail des hommes."

Ce pain et ce vin, "c'est nous", explique le P. Antoni. Car ils représentent tout ce qui fait l'activité humaine. "Il y a toutes nos intentions, toutes nos prières, tout ce que nous sommes qui sont présentés au Seigneur à ce moment-là." Ce pourquoi il est important que le pain et le vin soient apportés en procession et viennent de l'assemblée, précise le prêtre.

 



 

L'hostie, du pain sans levain

Le pain qui est présenté durant la messe sous la forme d'hostie est du pain sans levain. Cela fait référence à un épisode de la Bible, au livre de l'Exode plus exactement, et à la fuite d'Égypte du peuple juif. Il est dit que dans leur précipitation les Hébreux n'ont pas eu le temps de faire lever le pain. "On se rappelle cela parce qu'il y a un lien intime entre le pain qui a été le pain de la nourriture pour sortir de l'esclavage et ce pain eucharistique qui nous sort aussi de nos esclavages pour nous faire plus proches du Seigneur, plus proches de l'Évangile, qui devient notre nourriture."

 



 

une goutte d'eau dans le vin

Au moment où le prêtre accueille les offrandes, il prononce ces paroles : "Il deviendront le pain de la vie et le vin du royaume éternel". Puis il fait un geste tout simple : il verse un goutte d'eau dans le calice contenant le vin et dit : "Comme cette eau se mêle au vin, pour le sacrement de l'Alliance, puissions-nous être unis à la divinité de celui qui a pris notre humanité."

Le sens de l'eucharistie est là : cette goutte d'eau, qui représente l'humanité, on ne la verra plus lorsqu'elle sera diluée dans le vin, qui représente la divinité. "Il s'agit pour Dieu de devenir notre nourriture, donc de faire un avec nous-mêmes, et pour nous de faire un avec Dieu." Il s'agit là d'un acte de foi, mais "le rêve de Dieu c'est d'avoir une intimité totale avec chacun".

 

 

 

00:00

00:00

Sur le même thème :