La miséricorde, un engagement au service de la vie de l’autre

Présentée par Béatrice Soltner

S'abonner à l'émission

Halte spirituelle, l'intégrale

dimanche 20 novembre 2016 à 14h00

Durée émission : 55 min

La miséricorde, un engagement au service de la vie de l’autre

© Jean Pierre Brice Olivier

Miséricorde et pardon sont deux réalités distinctes. Alors que la miséricorde touche l'être, le pardon concerne l'acte. Béatrice Soltner reçoit Jean Pierre Brice Olivier.

La miséricorde est fondamentale dans la tradition judéo-chrétienne puisque Dieu est décrit comme un être aimant touché aux entrailles par le sort de l’homme. Souvent associée à la compassion, au pardon, au soin accordé aux plus fragiles ou encore à la charité, on a finalement du mal à la définir. "Pour nous ce terme est un peu abstrait, alors que le vocabulaire hébreu est beaucoup plus concret", observe Jean Pierre Brice Olivier, qui explique en effet que dans la Bible on parle du nez pour évoquer la colère, du coeur pour la volonté ou des reins pour la pureté. "Pour la miséricorde, le mot c'est les entrailles, une partie très précise du corps humain: les tripes, le ventre, l'utérus." Or, on sait bien que les entrailles sont le siège des émotions. La miséricorde c'est "être pris aux entrailles".

 

"De même que l'on dit Dieu n'est qu'amour et tout amour, on peut dire qu'il est miséricorde."

Dès l'Ancien Testament et tout au long des Ecritures, il y a des privilégiés dans le coeur de Dieu: les pauvres, les veuves, les orphelins. Ces personnes fragiles qui n'ont personne pour s'occuper d'eux et à qui Dieu manifeste particulièrement sa miséricorde. "La miséricorde rejoint le manque de quelqu'un", explique Jean Pierre Brice Olivier. Ce manque qui permet d'accueillir ce que Dieu donne. Par exemple, Marie-Madeleine, cette femme pécheresse qui rencontre Jésus, est aussitôt pardonnée par le Christ, "visage de la miséricorde du Père", car elle a beaucoup aimé. "La seule chose qui nous doit demandée c'est de beaucoup aimer", explique le dominicain. Mais l'amour dans l'Evangile n'est pas seulement pas d'ordre sentimental. Il ne s'agit pas seulement d'aimer avec des sentiments: aimer dans l'Evangile c'est vouloir aimer.

Les trois "aujourd'hui" du Nouveau Testament - Dieu donne et manifeste sa miséricorde maintenant. Que ce soit à Nazareth (Luc 4, 21), avec Zachée (Lc 19, 5) ou face au bon larron (Lc 23, 43), la miséricorde s'accomplit dans le présent, "c'est un aujourd'hui qui dure". Le passé ne compte pas, l'avenir on ne le connaît pas mais aujourd'hui: recevons-nous cet amour que Dieu donne?
 

« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. » (Lc 4, 21)
« Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. » (Lc 19, 5)
« Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. » (Lc 23, 43)*

*Source: AELF

 

Invités

  • Jean Pierre Brice Olivier , dominicain

Les dernières émissions

L'émission

Tous les vendredis à 23h00

L'émission de référence de RCF! Un format court et quotidien, complété par une version intégrale le samedi, pour engager une réflexion spirituelle profonde et accessible, autour d'une thématique d'actualité.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.