La parabole du bon Samaritain ou l'amour fraternel

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le b.a.-ba du christianisme

vendredi 5 août 2016 à 16h00

Durée émission : 25 min

Le b.a.-ba du christianisme

© CIRIC

Le chemin, pour aller vers Dieu c'est le chemin du frère. La parabole du bon Samaritain est un très bel enseignement du Christ. Bénédicte Draillard reçoit le p. Philippe Abadie.

"Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ?" C'est ainsi que dans l'Evangile de Luc, un docteur de la loi, c'est-à-dire un spécialiste de la loi juive, interpelle Jésus. La réponse de celui-ci n'est pas théorique mais au contraire très concrète, puisqu'il répond par une parabole. Il ne donne pas une définition du prochain mais un récit.
 

Et voici qu’un docteur de la Loi se leva et mit Jésus à l’épreuve en disant : « Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? » Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Et comment lis-tu ? » L’autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme toi-même. » Jésus lui dit : « Tu as répondu correctement. Fais ainsi et tu vivras. » Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? »

 

Sur cette route qui traverse un désert, un homme se trouve entre la vie et la mort: il est en quête de vie. Cela résonne comme un écho à la parole du légiste "Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle?" Jésus ne porte aucun jugement sur le prêtre ou le lévite, qui pourtant ne viennent pas en aide à leur prochain. L'un et l'autre respectent scrupuleusement la loi juive de l'époque qui dit que toucher un cadavre c'est se rendre impur.

 
Jésus reprit la parole : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort. Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté. De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté.

 

Le Samaritain est ému de compassion. Il agit sans se poser de question ni prononcer une seule parole. Lui qui est presque un hérétique, pour un juif au temps de Jésus, est celui qui a le coeur de miséricorde de Dieu, tel que Dieu est vu par Jésus. "Sa plus grande miséricorde ce n'est pas seulement de soigner le blessé mais de le confier à un aubergiste à qui il décide de faire confiance", explique le p. Philippe Abadie.
 
Mais un Samaritain, qui était en route, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de compassion. Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : “Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.”

Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ? » Le docteur de la Loi répondit : « Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même. »
(Lc, 10, 25-37)
Source: AELF

 

Emission enregistrée en avril 2016

Invités

  • Père Philippe Abadie , prêtre, bibliste

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 22h, le jeudi à 16h et le dimanche à 8h

"Le b.a-ba du christianisme" ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le christianisme sans jamais oser le (re)demander… Dans le souci de s’adresser au plus grand nombre et avec curiosité, Elise Chardonnet sollicite théologiens et biblistes pour un échange enthousiaste.

Le présentateur

Bénédicte Draillard

Passionnée de relations humaines et de spiritualité, Bénédicte a un parcours divers et varié! Directrice littéraire d’une maison d’édition religieuse et canoniste, elle collabore à RCF depuis une vingtaine d’années. Sa joie est de partager avec les auditeurs ses coups de cœur littéraires et la saveur de la Parole de Dieu.